Fermer

Libye : les gardes-côtes italiens se portent au secours de 4655 migrants

Par Jeune Afrique avec AFP

Des migrants sur un canot pneumatique au large de la Libye en septembre 2016. © Santi Palacios/AP/SIPA

Mardi 4 octobre, les gardes-côtes italiens ont dirigé une trentaine d'opérations de secours en Méditerranée, sauvant près de 4655 personnes. Plus de 28 migrants sont morts dans la même journée.

Les gardes-côtes italiens, qui coordonnent les secours dans les eaux internationales, ont annoncé mardi 4 octobre vers 19h00 avoir dirigé une trentaine d’opérations de secours au large de la Libye. En fin de soirée, seule la moitié des opérations étaient achevées, et un total de 1800 migrants avait été relevé sur ces embarcations. À la toute fin des opérations, ils étaient 4655 à avoir été secourus.

Vers 22h00, les secouristes de l’Astral ont laissé la place à des membres de la marine italienne pour récupérer les survivants et les cadavres, selon un photographe de l’AFP. Les opérations de secours ont commencé avant l’aube mardi et se sont poursuivies jusqu’à la tombée de la nuit, auprès de plusieurs canots pneumatiques et d’un bateau de pêche surchargé.

« C’était la panique à bord »

Autre information : plus de 22 migrants sont morts, pour la plupart étouffés, sur une embarcation de fortune où était entassé un millier de passagers au large de la Libye.

« C’était un bateau en bois, il y avait un millier de personnes sur trois étages. Je suis monté à bord, j’ai compté 22 morts, mais il y en avait encore dans la soute », a expliqué lors d’une courte conversation par téléphone Aris Messinis, photographe de l’AFP embarqué sur l’Astral, un navire de l’ONG espagnole ProActiva Open Arms.

« C’était la panique à bord, il y avait des gens qui sautaient à l’eau », a ajouté le photographe.

Lundi, les gardes-côtes italiens, qui coordonnent les opérations de sauvetage, avaient fait état de neuf migrants décédés lors de diverses opérations, tandis qu’un responsable des gardes-côtes libyens avait annoncé que les cadavres de 11 femmes et deux enfants avaient été repêchés.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici