Fermer

Hôtellerie : Hilton entend doubler sa présence africaine

Hôtel Hilton dans la ville de Yaoundé au Cameroun le 5 juillet 2011. © Renaud VAN DER MEEREN pour Les Editons du Jaguar

À Kigali lundi, à l'occasion du Forum pour l’investissement hôtelier africain, le groupe hôtelier américain a rendu publique son ambition de faire passer le nombre des hôtels qu'il exploite en Afrique de 39 à l'heure actuelle, à 80 d'ici quatre ans.

Le groupe hôtelier américain Hilton a profité hier de la tenue à Kigali (Rwanda) du Forum pour l’investissement hôtelier africain (AHIF), réunissant de nombreuses chaînes et de nombreux investisseurs, pour dévoiler ses ambitions et ses nouveaux concepts. Le groupe qui exploite déjà 39 hôtels dans 17 pays africains a fait part à la même occasion de son objectif de doubler sa présence à plus de 80 établissements d’ici les 4 prochaines années sur le continent.

Le groupe a annoncé des projets d’ouverture et d’extension dans trois pays africains : Ghana, Kenya et Nigeria. À Accra (Ghana) ouvrira ainsi en 2018 le premier hôtel modulaire du continent, le Hilton Garden Inn qui disposera de 280 chambres. Il sera développé par le groupe immobilier Independence Properties, une filiale du groupe ghanéen Trasacco.

Les chambres et les couloirs assemblés en Chine

Les parties de l’hôtel, comme les chambres et les couloirs, seront assemblées en Chine avant d’être transportées et achevées sur le site final. Un concept que le groupe a déjà expérimenté en 2014 en s’associant à l’entreprise australienne spécialisée CIMC Modular Building Systems. “Nous sentons un immense potentiel pour cette solution de construction en Afrique, qui offrira des rendements plus rapides aux investisseurs”, a précisé Patrick Fitzgibbon, vice-président en charge du développement Europe, Moyen-Orient et Afrique de Hilton.

Situé sur un axe stratégique qui mène à l’aéroport et offrant le wifi, l’hôtel comprendra trois restaurants, un centre d’affaires et un centre de remise en forme ainsi que quatre salles de réunions.

Offensive à Nairobi

En 2020, devrait aussi ouvrir au Kenya, le Hilton Nairobi Upper Hills, un bâtiment d’Afrique de 330 mètres de haut, dans un quartier d’affaires qui concentre des ambassades, les sièges régionaux d’entreprises et d’institutions comme la Banque Mondiale et le FMI. Cet établissement comprendra 255 chambres et suites de haut standing.

Des salles de réception, des salles de réunion, un lounge exécutif, un centre de spa, une piscine extérieure et une salle de sports ainsi qu’un bar panoramique figureront parmi les équipements proposés aux clients. L’hôtel sera par ailleurs adossé à un complexe de résidences, de commerces et de loisirs, et à une tour de bureaux.

Confiant dans la croissance de ce pays, le groupe ouvrira aussi un établissement à proximité de l’aéroport de la capitale, l’Hilton Garden Ill Jomo Kenyatta International Airport.

Hilton inaugurera aussi courant 2020 un hôtel de marque Curio-The Legend au sein même de l’aéroport de Lagos (Nigeria), dont la capacité sera portée à 130 chambres.

D’après Xander Nijnens, vice-président du cabinet JLL (ex-Johns Lang LaSale) en charge du secteur hôtelier, également présent à Kigali, les prévisions de croissance pour le secteur hôtelier subsaharien se situent entre 3 et 5% pour les trois prochaines années. Pour JLL, 1,7 milliard de dollars devraient être investis d’ici 2017 dans le secteur et 1,9 milliard d’ici 2018.

En dépit d’une passe économique actuellement difficile, due à la chute des cours des matières premières, le développement du secteur hôtelier en Afrique demeure solidement engagé, comme le confirment les récents et nombreux projets développés par Starwood (racheté par Marriott), d’AccorHotels, de Carlson Rezidor ou de Louvre Hôtels.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici