Fermer

China Development Bank prête 500 millions de dollars à l’énergéticien Eskom

Par Jeune Afrique

Vue de la centrale thermique de Lethabo, en Afrique du Sud, exploitée par Eskom, le 21 novembre 2011. © Denis Farrell/AP/SIPA

La compagnie nationale électrique de l'Afrique du Sud a signé un accord de prêt de 500 millions de dollars avec China Developement Bank. C'est le premier financement de ce type accordé au groupe sud-africain par l'institution bancaire chinoise.

Eskom et China Development Bank (CDB) ont signé le lundi 03 octobre un accord de prêt d’une valeur de 500 millions de dollars (7 milliards de rands), qui financera le programme d’investissements en équipements de la compagnie nationale électrique de l’Afrique du Sud.

Selon Brian Molefe, le directeur général d’Eskom, le financement de CDB porte à 51 milliards de rands les ressources mobilisées par la compagnie électrique pour l’année financière 2016-2017, soit 75 % de ses besoins de financement de 69 milliards de rands, rapporte un communiqué publié lundi par le gouvernement sud-africain.

La signature de cet accord de prêt finalise un processus entamé en décembre 2015, lors de la visite en Afrique du Sud du président chinois Xi Jinping, dans le cadre du forum sur la coopération sino-africaine. Durant ce voyage, un total de 26 accords et protocoles (dont celui liant Eskom et CDB) ont été validés entre opérateurs chinois et sud-africains, pour une valeur totale de 94 milliards de rands.

Programme d’expansion

Le financement apporté par China Development Bank va permettre à Eskom de poursuivre son vaste programme d’expansion des capacités électriques de l’Afrique du Sud. La compagnie nationale exploite 28 centrales électriques (charbon, hydroélectrique, gaz, nucléaire et éolien) et produit environ 90 % de l’électricité utilisée par l’économie la plus industrialisée du continent.

Eskom est parvenu cette année à réduire les délestages et ruptures d’alimentation qui ont longtemps affecté l’économie sud-africaine. La compagnie nationale compte assurer la maintenance et la rénovation des 8 000 mégawatts (MW) de capacité existante et mettre en service 10 986 MW supplémentaires sur la période 2015-2020.

Afin de financer ce programme, Eskom a multiplié les levées de fonds au cours des derniers mois. En juillet, l’entreprise a obtenu un prêt de 375 millions de dollars de la Banque africaine de développement, à qui elle a également confié un mandat de d’arrangeur pour la mobilisation d’un prêt syndiqué de 965 millions de dollars.

Activités chinoises en Afrique

China Development Bank est l’un des principaux acteurs des interventions financières de Pékin en Afrique.

L’institution publique contrôle notamment China-Africa Development Fund (CAD Fund), dont la dotation a été doublée à 10 milliards de dollars en 2015. À la fin de l’année dernière, CAD Fund, lancé en 2007, totalisait 3,17 milliards de dollars de financements cumulés en faveur de 84 projets dans 36 pays africains.

Si l’accord paraphé lundi est le premier du genre entre CDB et Eskom, la banque publique chinoise est déjà très active en Afrique du Sud. Elle a approuvé notamment des financements de l’ordre de 2,5 milliards de dollars en faveur du programme d’expansion de Transnet, le groupe public de logistique sud-africain, qui prévoit l’acquisition de plus de 590 locomotives chinoises.

CDB est l’une des plus importantes institutions financières à l’échelle mondiale, avec 12 620 milliards de yuans (1 779 milliards d’euros) d’actifs au 31 décembre 2015, pour 158,4 milliards de yuans de produits d’intérêts nets et un bénéfice net de 102,8 milliards de yuans.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici