Fermer

Maroc : arrestation d’un groupe de femmes jihadistes prêtes à commettre des attentats

Par Jeune Afrique avec AFP

Un membre de l'unité antiterroriste marocain en 2015. © Abdeljalil Bounhar/AP/SIPA

Dix femmes, qui avaient fait allégeance à l'organisation État islamique (EI) et qui voulaient commettre des attentats-suicides dans plusieurs villes du Maroc, ont été arrêtées lundi par la police.

Selon un communiqué du ministère de l’Intérieur, dix femmes sont suspectées d’avoir « essayé de se procurer des produits chimiques généralement utilisés dans la fabrication de ceintures explosives », sans plus de détails. Il s’agit là du premier commando de femmes arrêtées dans le pays.

Le communiqué ajoute qu’elles avaient tissé des « liens étroits avec plusieurs terroristes marocains également affiliés à l’EI et « basés à la frontière syro-irakienne », en vue de « commettre des attentats-suicides contre des installations vitales au Maroc », là encore sans préciser quelles étaient les cibles exactes.

Cellule de recrutement

Pour le ministère de l’Intérieur, cela ne fait aucun doute : cette cellule démantelée se chargeait du recrutement et de l’entraînement de femmes pour l’EI. Leur champ d’action se situerait dans plusieurs localités du royaume :  à Kénitra, Sidi Slimane, Salé ou encore Tanger.

Souvent considérées comme très en pointe en matière de lutte antiterroriste, les autorités marocaines multiplient depuis plusieurs mois les coups de filets, aussi bien dans le démantèlement de cellules liées à l’EI, que dans l’arrestation de recruteurs présumés pour le compte du groupe islamiste.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici