Fermer

Les Africains sont moins en sécurité qu’il y a dix ans, selon la fondation Mo Ibrahim

Mo Ibrahim, milliardaire anglo-soudanais, le 6 mai 2015 à Marrakech. © Abdeljalil Bounhar/AP/SIPA

Selon le dernier rapport de la fondation Mo Ibrahim, publié lundi, le continent a enregistré des progrès substantiels depuis dix ans en matière de gouvernance globale, puisque 37 pays ont selon lui connu des améliorations. Le tableau est plus sombre lorsqu'il s'agit de sécurité et de justice.

Au cours des dix dernières années, le niveau de bonne gouvernance du continent africain s’est élevé, selon le dernier rapport (le dixième) de la fondation du milliardaire anglo-soudanais Mo Ibrahim, publié le 3 octobre.

Au cours de la dernière décennie, l’indice de gouvernance globale Mo Ibrahim a été tiré vers le haut, notamment, grâce aux progressions en matière de développement humain, de droits de l’homme et de climat des affaires.

L’indice Mo Ibrahim de la gouvernance en Afrique évalue, à partir de 95 indicateurs issus de 34 sources indépendantes, l’évolution de la gouvernance dans les 54 pays du continent entre 2006-2015. Pour la première fois, l’indice inclut les résultats d’enquêtes d’opinion Afrobaromètre. Tous les scores de l’indice Mo Ibrahim sont sur 100. 100 étant la meilleure note.

37 pays, regroupant 70% de la population, ont progressé, notamment la Côte d’Ivoire, le Togo et le Zimbabwe, les trois meilleurs élèves de la décennie, même s’ils sont encore loin des standards affichés par Maurice, le Bostwana ou le Cap-Vert. Progrès encore plus notable : 78% des citoyens africains vivent désormais dans un pays ayant fait des progrès en matière de droits de l’homme et de démocratie.

Moins en sécurité qu’il y a dix ans

Toutefois, ces bonnes notes sont à nuancer. En termes de sécurité et de justice, le constat est beaucoup plus sombre. En dix ans, le continent a globalement régressé dans ces domaines et deux tiers des Africains vivent de nos jours dans un pays où la sécurité des citoyens et leur rapport à la loi se sont détériorés.

La dégringolade est notamment impressionnante en Libye, en Centrafrique et au Burundi alors que la Côte d’Ivoire, le Liberia ou la Sierra Leone connaissent de bons résultats.

La lutte contre la corruption semble également avoir trouvé ses limites. Dans ce secteur, 33 pays reculent et 24 d’entre eux enregistrent leur pire score depuis dix ans.

Comme il y a un an donc, la fondation du milliardaire anglo-soudanais met donc un bémol à l’afro-optimisme.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici