Fermer

Black Lives Matter : manifestation en Californie après la mort d’un Africain-Américain tué par la police

Par Jeune Afrique avec AFP

Les manifestants ont fait face à la police, sans incident, lors de la manifestation le 28 septembre 2016. © Bill Wechter/ AFP

Mercredi, c'était au tour de la Californie de s'indigner après une nouvelle intervention policière polémique. La mort d'un Africain-Américain non armé, tué par les forces de l'ordre, a déclenché une vague de manifestations dans la banlieue de San Diego, dans le sud-ouest des États-Unis.

La triste série se poursuit. Après Charlotte, dernière ville américaine à s’être mobilisée après la mort d’un Noir tué par la police, c’est au tour d’El Cajon, en Californie, de témoigner son soutien. Mercredi, les habitants de cette petite banlieue située à 20 kilomètres de San Diego ont manifesté par dizaines dans le calme pour protester contre la mort d’Alfred Olango. Cet Africain-Américain de 38 ans a été abattu par les forces de l’ordre dans la nuit de mardi à mercredi.

La police avait reçu un appel indiquant qu’un individu avait un comportement étrange et se promenait au beau milieu de la circulation. Les agents qui se sont rendus sur place ont approché Alfred Olango, qui, selon le communiqué des forces de l’ordre, a rapidement sorti un objet de sa poche et l’a pointé en leur direction dans ce qui ressemblait « à une position de tir ». Les agents ont ouvert le feu et abattu l’homme, qui tenait en fait une simple cigarette électronique.

Les manifestations se sont déroulées dans le calme

Le soir-même des faits, une centaine de personnes s’est réunie sur les lieux du drame, scandant les cris de ralliement du mouvement Black Lives Matter. Mercredi, l’ambiance était plus calme au sein du cortège, qui a croisé sur son passage un groupe de policiers anti-émeutes. A Los Angeles également, des dizaines de personnes ont manifesté, brandissant des pancartes sur lesquelles étaient listés les droits civiques.

Une vidéo postée sur Facebook, filmée après l’incident, montre une femme en détresse qui se présente comme la sœur d’Olango et dit avoir appelé la police pour venir en aide à son frère, selon elle atteint de troubles mentaux : « Je vous ai appelés pour aider mon frère. Vous l’avez tué devant moi », pleure-t-elle, dans cette vidéo vue plus de 82 000 fois mercredi.

La police a répliqué en diffusant une image tirée d’une vidéo où l’on peut voir un homme en position de tir. D’après Jeff Davis, le chef de la police locale, les deux officiers impliqués ont chacun plus de 20 ans d’expérience. Ils ont été placés en congé administratif le temps de l’enquête.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici