Fermer

Sénégal : la BEI investit 100 millions d’euros dans l’eau potable

Site de traitement des eaux de la Sénégalaise des eaux (SDE), le 11 mars 2015, à Dakar. © Sylvain Cherkaoui/Cosmos

La Banque européenne d'investissement (BEI) vient d’approuver un prêt de 100 millions d’euros pour une nouvelle station de traitement d'eau potable qui sera construite à Keur Momar Sarr, dans le nord-ouest du Sénégal. Cette zone située sur les bords du lac de Guiers alimente déjà à hauteur de 40% la capitale sénégalaise.

Baptisée Keur Momar Sarr3 (KMS3), la construction d’une station de traitement d’eau potable d’une capacité de 100 000 m3/jour au Sénégal, à Keur Momar Sarr, sur les bords du lac de Guiers, se trouve à un tournant. La Banque européenne d’investissement (BEI) s’apprête à investir 100 millions d’euros dans ce projet situé dans la région de Louga, au nord-ouest du pays.

Le conseil d’administration de l’institution européenne a approuvé ce financement (qui figurait à l’agenda de la rencontre) le 23 septembre dernier à La Valette (Malte), à l’occasion de l’approbation d’une série de plusieurs prêts d’un total de 7 milliards d’euros. La convention sera scellée le 7 octobre prochain à Washington, dans la foulée des assemblées annuelles du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale.

Ce montant octroyé par la BEI constitue son taux plafond pour des projets de cette nature sur le continent africain. KMS3 sera cofinancé par la Banque islamique de développement (BID) pour 87,2 milliards de francs CFA (132 millions d’euros), la Banque mondiale, la Banque africaine de développement (BAD) et le Sénégal via la Société nationale des eaux du Sénégal (SONES).

L’Agence française de développement (AFD), elle, financera le projet à hauteur de 92 millions d’euros. La convention a été signée lors de la visite à Dakar du Premier ministre français Manuel Valls, le 23 septembre dernier.

Promesse de la présidence Macky Sall

Le coût global des travaux, dont le démarrage est prévu en 2017, est estimé à 272 milliards de francs CFA (environ 414 millions d’euros, et 401 millions d’euros selon la BEI). KMS3 représente l’un des projets majeurs de la présidence de Macky Sall en matière d’hydraulique urbaine. Sa capacité de 100 000 mètres cubes par jour pourrait être doublée, à échéance 2025.

KMS3 doit assurer l’alimentation en eau potable du triangle urbain Dakar-Thiès-Diamniadio d’ici à 2035. D’après un document consulté par Jeune Afrique, l’État sénégalais, afin de garantir l’équilibre financier de la SONES et du secteur, a fixé une durée de remboursement du prêt de la BEI de 40 ans avec un différé de six ans, au taux d’intérêt annuel de 0,5%.

En septembre 2013, Dakar s’était retrouvé confronté pendant trois semaines à une pénurie d’eau à la suite d’une panne qui avait affecté « la conduite principale » d’une usine sur le site de Keur Momar Sarr, lequel participe à hauteur de 40 % dans l’approvisionnement en eau de Dakar, selon la Sénégalaise des eaux (SDE).


Nombreux prêts africains à La Valette

La conseil d’administration de la BEI a validé plusieurs autres prêts à des projets africains : réhabilitation et l’extension des infrastructures d’assainissement dans plusieurs centres urbains à l’intérieur du Royaume du Maroc (34 millions d’euros), amélioration du réseau de transport d’électricité au Sénégal (75 millions d’euros via la Senelec), renforcement du système d’alimentation en eau potable des zones urbaines et péri-urbaines de Cotonou (30 millions d’euros), et aussi une prise de participation dans le fonds anglo-kényan TLcom Capital LLP qui vise à lever 90 millions d’euros dans le secteur des technologies au sud du Sahara (prêt de 9 millions d’euros de la BEI).

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici