Fermer

JO de Rio : un officiel kényan accusé d’avoir volé 250 000 dollars

Par Jeune Afrique avec AFP

Pour Ezekiel Kemboi comme pour le reste de la délégation kényane, les Jeux de Rio ont été difficiles à vivre. © David J. Phillip/AP/SIPA

Nouveau scandale pour le Kenya et sa délégation partie défendre les couleurs du pays à Rio. Mercredi, la justice a officiellement accusé le chef de la mission olympique d'avoir volé 250 000 dollars, soit 223 000 euros, aux autorités.

Plus d’un mois après la fin des Jeux de Rio, le Kenya est toujours englué dans les scandales. Après les accusations de dopage organisé portées sur plusieurs athlètes, le pays est cette fois-ci rattrapé par une affaire de gros sous. Elle concerne directement Stephen Arap Soi, ex-secrétaire adjoint du Comité olympique kényan dissous par les autorités à la mi-août.

Ce dernier a été accusé par les magistrats d’avoir volé 250 000 dollars (223 000 euros) que lui avaient confiés les responsables de l’athlétisme kényan, somme destinée à « payer les logements des athlètes kényans et des officiels pendant les JO ». Mais Stephen Arap Soi a nié les faits lors d’une audience qui s’est tenue dans un tribunal de Nairobi.

Arrêté à la descente d’avion

Soi avait été arrêté fin août dès sa descente d’avion à Nairobi alors qu’il revenait des Jeux. Il fait partie des membres de l’équipe olympique kényane dans le viseur des autorités qui avaient décidé le 18 août d’ouvrir une enquête sur la gestion désastreuse de l’équipe olympique, émaillée de nombreuses affaires, dont celle du vol des tenues sportives officielles.

Lors de la cérémonie d’ouverture à Rio, les athlètes kényans ne portaient pas tous les mêmes tenues, car une partie d’entre elles ne leur aurait jamais été remise. Les tenues ont ensuite été retrouvées après les JO. Au début des épreuves, le Kenya avait renvoyé le manager de l’équipe olympique d’athlétisme ainsi qu’un entraîneur, en raison d’accusations liées au dopage.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici