Fermer

Sondage : faut-il réformer le franc CFA ?

Une nouvelle réunion des ministres de la zone franc est prévue à Paris le 30 septembre. © Adria Fruitos pour JA

La publication par Jeune Afrique mercredi des bonnes feuilles d'une charge de quatre économistes — qui paraîtra le 3 octobre aux éditions La Dispute — contre le système monétaire instauré par la France en 1945 et encore en vigueur aux Comores et dans quatorze États en Afrique, est l'occasion de vous donner la parole : une réforme du CFA vous semble-t-elle réaliste ? Si oui laquelle ?

Pas une année ne se passe sans que la monnaie commune à quatorze pays francophones d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale, ainsi qu’aux Comores, ne resurgisse dans le débat. Créé en 1945, l’ancien franc de la Communauté Française d’Afrique, désormais franc de la Coopération financière en zone Cemac, et franc de la Communauté financière africaine dans l’UEMOA, oblige les États au dépôt de 50% de leurs réserves de change au Trésor français.

Un « compte d’opération » y est ainsi ouvert au titre de la Banque centrale des États de  l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) et de la Banque centrale des Comores.

Une « coopération monétaire », garantissant la convertibilité fixe et illimitée des francs CFA et comorien vis-à-vis de l’euro (1 euro = 655,957 franc CFA et 1 euro = 491,968 KMF), qui suscite de vives contestations. Dernière en date, celle du président tchadien, Idriss Déby Itno, qui a attaqué publiquement la monnaie le 11 août 2015, sans avancée notable par la suite.

Et vous, êtes-vous pour ou contre le CFA ? Dans quels sens, souhaiteriez-vous voir évoluer cette monnaie commune dont l’avenir avait été à nouveau évoqué lors de la dernière réunion semestrielle de la zone Franc à Yaoundé, les 8 et 9 avril 2016 ? Donnez vos réponses, en cliquant ci-dessous.

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici