Fermer

ONU : le Maroc remet à Nkosazana Dlamini-Zuma sa demande d’adhésion à l’UA

Le conseiller du roi, Taïeb Fassi Fihri, à l'ONU en septembre 2011. © Richard Drew/AP/SIPA

À New York, le conseiller du roi du Maroc, Taïeb Fassi Fihri, a remis officiellement ce vendredi la demande de son pays à la présidente de la Commission africaine en vue de réintégrer l'UA.

En marge des travaux de l’Assemblée générale de l’ONU qui se tient à New York, le conseiller du roi du Maroc, Taïeb Fassi Fihri, a rencontré, ce vendredi 23 septembre, la présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini Zuma, et lui a remis la demande officielle du Maroc d’intégrer l’organisation panafricaine.

Dlamini Zuma, qui a tweeté le contenu de cette rencontre, a précisé que l’émissaire royal lui avait « remis une copie de la demande d’adhésion » qui sera examinée lors du prochain sommet de l’Union, les 29 et 30 janvier à Addis Abeba. Un sommet qui tentera d’élire son successeur après un premier round infructueux à Kigali en juillet. Pour Rabat, ce rendez-vous est d’une extrême importance dans la mesure où Dlamini Zuma est connue pour ses positions favorables au Polisario.

Membre fondateur de l’Organisation de l’union africaine (OUA, ancêtre de l’UA), le Maroc veut réintégrer cette institution pour asseoir sa politique d’influence sur le continent. Depuis l’annonce de son retour, le 17 juillet à Kigali, il essaie de se rapprocher des poids lourds de l’Union afin de les sensibiliser à ses ambitions pour l’Afrique ainsi qu’au bien-fondé de sa position sur le Sahara.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici