Fermer

États-Unis : le manifestant blessé par balle lors des émeutes à Charlotte est décédé

Scène de manifestation pacifique à Charlotte, le 22 septembre 2016. © Gerry Broome/AP/SIPA

Le manifestant de Charlotte, dans l'État de Caroline du Nord, blessé par balle, est décédé jeudi. La maire de la ville, Jennifer Roberts, écarte la responsabilité de la police dans cet incident survenu en marge d'un rassemblement dénonçant la mort d'un Afro-Américain abattu par la police mardi soir. La Garde nationale a été appelée en renfort pour mettre fin aux violences qui perdurent depuis trois jours.

Il a succombé à ses blessures. Atteint d’une balle mercredi soir lors de manifestations en soutien à ces Afro-Américains abattus ces derniers jours par la police, Justin Carr, 26 ans, est décédé jeudi à l’hôpital.

En réponse à cet incident dans un rassemblement qui se voulait pacifique, la maire de Charlotte, Jennifer Roberts, s’est empressée de préciser que le tireur n’était pas un policier. Les faits se seraient déroulés lors d’affrontements entre civils, la municipalité affirmant que la police « n’a pas ouvert le feu ».

 

 

Spirale de violences

Voilà maintenant trois nuit consécutives que la ville de Charlotte est en proie à des violences urbaines. La mort de Keith Lamont Scott, un homme noir de 43 ans, abattu sur un parking, dans des circonstances encore non élucidées, a ravivé les tension raciales qui couvent dans le pays. Pour les manifestants, il s’agit d’une nouvelle bavure policière.

Les manifestations ont débuté mardi soir, et depuis, la ville de Charlotte est engluée dans un climat social particulièrement tendu. Chaque nuit, des affrontements entre policiers et manifestants se répètent. Les manifestants lancent des projectiles aux forces de l’ordre, lesquelles répliquent par des tirs de gaz lacrymogène.

État d’urgence

C’est donc dans cette spirale de violences que le gouverneur de Caroline du Nord, Pat McCrory a décidé de décréter mercredi soir l’état d’urgence et de déployer la Garde nationale pour rétablir la sécurité dans la ville. Selon le chef des forces de l’ordre locales, 44 arrestations ont été recensées depuis le début des émeutes.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici