Fermer

Laurence Rossignol et les « nègres » : le CSA demande à Bourdin de maîtriser son antenne

Laurence Rossignol (à dr.) sur le plateau de RMC le 30 mars. © Capture d'écran YouTube

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a publié jeudi un arrêt dans lequel il déplore le manque de maîtrise à l'antenne du journaliste Jean-Jacques Bourdin le 30 mars dernier. Face à lui la ministre française des Droits des femmes, Laurence Rossignol, avait comparé certaines femmes voilées aux "nègres américains qui étaient pour l'esclavage".

« Bourdin épinglé, Rossignol humiliée ». Le Conseil représentatif des associations noires (Cran), qui avait saisi le CSA à la suite des propos tenus par la ministre française des familles, de l’enfance et des droits des femmes, se félicite dans un communiqué du rappel à l’ordre adressé au journaliste français Jean-Luc Bourdin.

Dans sa décision publiée le 22 septembre, l’autorité française de régulation de l’audiovisuel déplore en effet que le journaliste ait « manifesté une insuffisance de maîtrise de l’antenne, au regard des articles 2-10 et 2-2-1 des conventions des services concernés. Le CSA en a fait part aux responsables de ces chaînes et leur a demandé d’éviter à l’avenir qu’une telle situation se reproduise ».

Invitée d’une émission de radio également retransmise à la télévision le 30 mars dernier, Laurence Rossignol dénonçait l’arrivée de grandes enseignes sur le marché de la mode islamique. Alors que le journaliste vedette de RMC lui faisait remarquer que certaines femmes choisissaient de porter ces vêtements, tels le « burkini » ou le « hijab », la ministre avait alors répondu : « Mais bien sûr. Il y a des femmes qui choisissent, il y avait des nègres afr…, des nègres américains qui étaient pour l’esclavage ». Des propos qui avaient provoqué un tollé.

De son côté le journaliste Jean-Jacques Bourdin ne fait pas amende honorable. Au contraire, il a fait part de son agacement sur Twitter : « Ce n’est pas le CSA qui va me donner des leçons de journalisme et d’indépendance….référence à la mis en garde après propos L Rossignol ».

« À 67 ans, c’est la première fois que le rédacteur en chef de RMC reçoit une leçon de journalisme. C’est ennuyeux. Mais enfin, il y a un début à tout, et il n’est jamais trop tard pour apprendre le métier », a réagi le président du Cran, Louis-Georges Tin, dans le communiqué de presse. « Si Jean-Jacques Bourdin a été critiqué, la ministre a été totalement humiliée, a-t-il ajouté. Et c’est pourquoi elle se cache piteusement. Elle a refusé tout entretien aux journalistes qui la sollicitaient. Qu’elle se cache encore longtemps, et qu’on ne la voie plus, c’est tout ce que nous lui demandons ».

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici