Fermer

Tunisie : des associations se tournent vers l’ONU pour réclamer la fin des discriminations envers les LGBT

Par Jeune Afrique avec AFP

Militants pro-LGBT de l'association tunisienne Shams, le 16 mai 2015 en Tunisie. © Shams / Facebook

La Tunisie doit réviser son arsenal législatif pour mettre fin aux discriminations contre les personnes LGBT, a affirmé un collectif d'associations tunisiennes dans un rapport déposé jeudi auprès de l'ONU.

Depuis la révolution qui a emporté la dictature de Zine El Abidine Ben Ali en 2011, des avancées ont été « réalisées en matière de droits et de libertés collectives », mais les personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres) restent « victimes d’un arsenal législatif répressif (..) et continuent à subir au quotidien toutes formes de stigmatisation, de discrimination et de violences », selon ce rapport.

Trois ans de prison pour homosexualité

Le texte élaboré par cinq associations (Shams, Kelmty, Damj, Chouf et Mawjoudin) a été déposé jeudi auprès des Nations unies en prévision de l’examen périodique de la Tunisie devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU en mai 2017, a indiqué à l’AFP Karima Souid, une responsable du Réseau euro-méditerranéen des droits humains, qui a appuyé ce rapport.

Les militants LGBT sont sortis de l’ombre en Tunisie depuis la révolution mais leur condition reste très précaire, du fait d’un rejet social encore violent et d’une législation hostile. L’article 230 du Code pénal condamne ainsi l’homosexualité d’une peine allant jusqu’à trois ans de prison. L’an dernier, plusieurs jeunes ont été arrêtés et condamnés à de la prison pour homosexualité.

Des pratiques abusives et arbitraires

« Pour prouver les pratiques homosexuelles, l’État tunisien a souvent recours au test anal (…), un traitement cruel, dégradant et inhumain qui peut s’apparenter à une pratique de torture », selon le rapport. Le collectif dénonce également les « arrestations arbitraires », les « contrôles de police abusifs » et les « appels à la violence envers la communauté » sur la scène médiatique.

Il regrette aussi « l’absence dans le cursus scolaire (…) de programmes adaptés d’éducation à la diversité et au respect des droits humains ainsi que l’absence d’éducation sexuelle ».

Les associations appellent donc la Tunisie à « abroger immédiatement l’article 230 du Code pénal, à interdire la pratique du test anal (…) et à lutter contre toutes les formes de stigmatisation et de discrimination envers la communauté LGBTQI » (« Q » pour les personnes en questionnement ou queer, et « I » pour intersexuels).

En septembre 2015, un ex-ministre de la Justice s’était dit favorable à l’abrogation de l’article 230 suite à la condamnation d’un jeune Tunisien à un an de prison pour pratiques homosexuelles, mais le président Béji Caïd Essebsi s’y était catégoriquement opposé.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici