Fermer

Kinshasa répond à Hollande : la RDC n’est pas un « département d’outre-mer » français

Par Jeune Afrique avec AFP

Joseph Kabila, président de la RDC, le 30 juin 2016 à Kindu, dans l'est du pays. © John Bompengo/AP/SIPA

Le gouvernement congolais s'est dit "choqué" ce jeudi par les propos du président français François Hollande, qui a accusé les autorités de la République démocratique du Congo d' "exactions" contre le peuple lors des violences de lundi et mardi à Kinshasa.

François Hollande « s’est permis de tirer à boulets rouges » sur le gouvernement congolais, a déclaré Lambert Mende. « Comme à l’accoutumée, nous avons eu droit à des injonctions comminatoires, a poursuivi le porte-parole du gouvernement congolais. « C’est à se demander si la RDC est devenue un nouveau département d’outre-mer issu de nouvelles conquêtes de l’Hexagone. »

Lambert Mende a estimé que François Hollande avait fait preuve d’une compassion sélective vis-à-vis des victimes des violences de lundi et mardi. « Le président français, a-t-il ajouté, n’a retenu que l’incendie d’un parti d’opposition, passant sous silence les incendies de partis de la majorité et les victimes des émeutiers ».

« Des exactions venant de l’État congolais lui-même »

Le porte-parole réagissait aux propos tenus mardi par le président français en marge de l’assemblée générale des Nations Unies à New York. François Hollande avait dénoncé des violences « insupportables » avant d’ajouter :  ce qui est incontestable, c’est qu’il y a des victimes et qu’elles ont été provoquées par des exactions venant de l’État congolais lui-même ».

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici