Fermer

Égypte : après le naufrage d’un bateau de migrants, le bilan s’alourdit à 55 morts

Par Jeune Afrique avec AFP

Au moins 29 personnes sont mortes et 150 ont été secourues mercredi 21 septembre 2016 par des sauveteurs après le naufrage d'un navire de migrants en Méditerranée. © GABRIEL BOUYS/AFP

Le bilan du naufrage d'un bateau de pêche qui transportait des centaines de migrants au large des côtes égyptiennes s'élevait jeudi à 55 morts, alors que l'espoir de retrouver de nouveaux survivants s'amenuisait.

L’embarcation s’est échouée près de Rosette, sur la côte nord de l’Égypte. « Quatorze corps » ont été découverts jeudi, a indiqué à l’AFP Khaled Megahed, un responsable du ministère de la Santé, portant le bilan officiel du naufrage, survenu mercredi, à au moins 55 morts. L’armée de son côté annonçait 163 rescapés, dont 157 d’entre eux ont été placés en rétention au commissariat de police de Rosette.

« On a même abandonné les femmes et les enfants »

« On était 450 à bord, on est parti à deux heures du matin. Une heure et demie plus tard, le bateau chavirait. Celui qui savait nager nageait. On a même abandonné les femmes et les enfants », raconte à l’AFP Ahmed Mohamed, 27 ans.

Parmi les victimes figurent des migrants « égyptiens, soudanais, et d’autres nationalités africaines que nous ne pouvons pas encore déterminer », a précisé Adel Khalifa, un responsable du ministère de la Santé, ajoutant que quinze ambulances ont été envoyées sur les lieux pour la prise en charge des rescapés.

Le Premier ministre, Chérif Ismaïl, a appelé à « fournir tous les soins nécessaires aux survivants » et à « poursuivre les responsables du naufrage », dans un communiqué.

« Traversée très dangereuse »

Depuis le début du printemps, un nombre croissant de bateaux de pêche partis de la côte nord de l’Égypte avec des centaines de personnes à bord ont été secourus. Selon le Haut Commissariat de l’ONU aux réfugiés, ces départs en bateau comptent pour environ 10% des arrivées en Europe. Ce voyage comporte souvent plusieurs transferts périlleux en pleine mer sur des bateaux en mauvais état. Toutefois, il n’y a pas d’exemple récent de naufrage de cette ampleur près des côtes égyptiennes.

L’agence européenne de contrôle des frontières Frontex s’était inquiétée en juin du nombre grandissant de migrants qui tentent de rejoindre l’Europe en entamant une traversée « très dangereuse » à partir de l’Égypte. »Cette année, le nombre est d’environ 1000 traversées sur des bateaux de passeurs d’Égypte vers l’Italie », avait affirmé le directeur de Frontex Fabrice Leggeri.

Ce dernier a également confirmé que depuis la fermeture de la route des Balkans aux migrants, les départs se faisaient depuis les côtes d’Afrique du Nord, en particulier de Libye, vers l’Italie. « La route méditerranéenne centrale n’a jamais été autant fréquentée », selon lui.

Plus de 300 000 migrants et réfugiés ont traversé en 2016 la Méditerranée pour se rendre en Europe, principalement en Italie, selon le HCR. Ce chiffre est nettement inférieur aux arrivées enregistrées durant les neuf premiers mois de 2015 (520.000) mais il reste supérieur à celles enregistrées sur l’ensemble de l’année 2014 (216.054).

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici