Fermer

#AnaTaban : le collectif d’artistes sud-soudanais qui milite pour la paix

Les musiciens de #AnaTaban répètent une nouvelle chanson au centre culturel Aggrey Jaden, le 18 septembre 2016 à Djouba, au Soudan du Sud. © Albert Gonzalez Farra/AFP

Ils "en ont marre". Ces jeunes peintres, rappeurs, et grapheurs du Soudan du Sud ont lancé une campagne au début du mois de septembre contre la guerre civile qui déchire leur pays depuis bientôt quatre ans. Leurs armes : l'art, le dialogue, le pardon.

En cette journée internationale de la paix, les membres du collectif « Ana Taban », qui signifie « Je suis fatigué » en arabe, sont sortis dans les rues de Djouba, la capitale, pour diffuser des messages de paix et de réconciliation. Des mouchoirs blancs passent de main en main, sur lesquels on peut lire : « Nous sommes désolées de ce que nous nous sommes infligés les uns aux autres ». Sur les réseaux sociaux, le collectif prévient :  » Si vous nous voyez dans les rues, arrêtez-vous, dites bonjour, et acceptez les excuses pour ce que les Sud-Soudanais font ».

(Parler aux gens est puissant et émouvant. Les jeunes d’AnaTaban montrent l’exemple en disant « nous sommes désolés »)

Le collectif a prévu pour les prochaines semaines toute une série d’événements publics dans les rues de Djouba, mais aussi dans des hôpitaux, des prisons et des écoles de la ville.

Peintures murales et musique dans les rues de Djouba

S’ils croient dans le dialogue et la parole, c’est avant tout via la peinture, la chanson et le théâtre que les jeunes militants entendent faire passer leur message. Tout a commencé cet été avec un clip, regroupant plusieurs chanteurs et rappeurs connus au Soudan du Sud. Intitulée « AnaTaban », la chanson rend hommage aux victimes de la guerre civile, et est dédiée à tout ceux qui sont fatigués des combats.

Depuis, le collectif d’artistes diffuse des messages de paix dans l’espace public. Et les colombes, les cœurs, et le chant ont envahi les rues de Djouba.

Avec le soutien de compatriotes exilés, les jeunes d’AnaTaban espèrent s’étendre rapidement vers d’autres villes du pays, comme Wau et Aweil  dans le nord-ouest, ou encore Yei et Yambio, au sud du pays. Ils préparent également une nouvelle chanson intitulée #AnaMalesh (Je suis désolé, en arabe).

Plus jeune nation du monde, le Soudan du Sud est devenu indépendant en 2011 après des décennies de guerre. Mais le pays a plongé en décembre 2013 dans un conflit politico-ethnique qui a fait des dizaines de milliers de morts, plus de 2,5 millions de déplacés et marqué par d’innombrables viols et autres atrocités.

Plus d’un tiers de la population fait face, selon l’ONU, à une insécurité alimentaire « sans précédent » et les autorités locales empêchent l’ONU et les humanitaires d’accéder à des zones dans le besoin.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici