Fermer

Égypte : le second navire Mistral est en route vers Alexandrie

Par Jeune Afrique avec AFP

Le président français François Hollande après une visite d'un navire Mistral à Saint-Nazaire, le 13 octobre 2015. © Stephane Mahe/Ap/SIPA

Le navire de guerre égyptien "Anwar El-Sadat", second des deux porte-hélicoptères de type Mistral initialement destinés à la Russie, a quitté mercredi matin le port de Saint-Nazaire, en France, cinq jours après avoir été officiellement livré à l'Égypte.

Le bâtiment de projection et de commandement est sorti vers 08H00 (06H00 GMT) du port, où il était stationné depuis sa mise à flot en octobre 2013 et a pris le large avec à son bord 180 marins égyptiens. Il est attendu le 1er octobre à Alexandrie, son port d’attache en Égypte. Comme son jumeau, le « Gamal Abdel Nasser », passé sous pavillon égyptien le 2 juin, le « Sadat » a été construit par le chantier naval STX France de Saint-Nazaire pour le constructeur naval DCNS, à l’origine pour à la Russie.

Livraison suspendue

Mais leur livraison à Moscou avait été suspendue en raison de la politique russe à l’égard de l’Ukraine, puis la commande passée en 2011 avait été annulée par Paris, entraînant le remboursement par la France de quelque 949,7 millions d’euros.

Le Caire avait racheté ces deux BPC en octobre 2015 pour environ 950 millions d’euros, grâce à un financement saoudien. La marine égyptienne avait également passé commande auprès de DCNS pour cinq autres navires, une frégate FREMM et quatre corvettes Gowind.

Longs de 199 mètres et capables de déplacer 22 000 tonnes, les BPC sont des « couteaux-suisses » de la marine, pouvant transporter des troupes, jusqu’à 700 hommes, une vingtaine d’hélicoptères, des barges de débarquement, des chars d’assaut et une soixantaine de véhicules. Ils peuvent débarquer des troupes sur un théâtre d’opérations mais aussi assurer des missions humanitaires de grande ampleur, grâce notamment à un hôpital embarqué.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici