Fermer

RD Congo – CPI : Bosco Ntaganda interrompt sa grève de la faim, selon son avocat

Par Jeune Afrique avec AFP

Bosco Ntaganda à la CPI le 26 mars 2013. © Peter Dejong/AP/SIPA

L'ex-chef de guerre congolais Bosco Ntaganda, en grève de la faim depuis presque deux semaines, a recommencé à s'alimenter, a indiqué à l'AFP dans la nuit de mardi à mercredi son avocat devant la Cour pénale internationale (CPI).

L’accusé, qui avait assuré lors d’une déclaration « être prêt à mourir », avait entamé sa grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention et reprochait à la Cour de ne pas lui accorder, selon lui, un procès équitable. Il n’est pas apparu devant les juges de la CPI depuis le 7 septembre.

« Bosco Ntaganda a recommencé à manger ce soir », a indiqué son avocat, Stéphane Bourgon, dans un courriel adressé à l’AFP. « Si tout va bien, son épouse sera à La Haye à partir de jeudi et elle pourra voir son mari dans un contexte presque privé, ce qui correspond aux attentes minimum » de l’accusé.

Une apparition prochaine devant les juges ?

Bosco Ntaganda avait plaidé non-coupable de treize crimes de guerre et cinq crimes contre l’humanité, dont meurtres, pillages, attaques contre des civils, viols et esclavage sexuel, commis par ses troupes en 2002-2003 en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo.

L’ancien chef de guerre congolais, né en 1972, était le premier accusé a avoir jamais entamé une grève de la faim dans les prisons de la CPI.

Lundi, le juge Robert Fremr avait affirmé, en citant un expert médical, que l’accusé n’avait pas de « symptôme alarmant du point de vue physique ou mental ». Stéphane Bourgon n’a pas précisé si son client était en état de participer aux audiences à partir de mercredi.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici