Fermer

Afrique du Sud : le gouvernement recommande une augmentation des frais universitaires de 8% maximum

Par Jeune Afrique avec AFP

Des étudiants des universités de Johannesburg et de Witwatersrand manifestent contre l'augmentation des frais de scolarité le 22 octobre 2015 à Johannesburg. © GIANLUIGI GUERCIA/AFP

Le gouvernement sud-africain a préconisé lundi une hausse des frais universitaires n'excédant pas 8% pour 2017, un sujet très sensible qui avait mis l'an dernier le feu aux poudres dans les facultés et contraint les autorités à geler toute augmentation.

« Notre recommandation est qu’un ajustement équitable ne devrait pas excéder 8% », supérieure à l’inflation de l’ordre de 6%, a annoncé le ministre de l’Enseignement supérieur, Blade Nzimande, lors d’une conférence de presse à Pretoria. M. Nzimande a toutefois laissé le soin à chaque établissement de déterminer le montant de son augmentation.

« Nos universités rencontrent de graves difficultés financières », a justifié le ministre. « Notre mission immédiate et urgente est de s’assurer que, tout en continuant à améliorer l’accès aux études secondaires, nous n’affaiblissons pas la viabilité » du secteur universitaire, a-t-il insisté.

Le gouvernement s’est par ailleurs engagé à trouver les ressources nécessaires pour venir en aide aux élèves issus de famille pauvres, ouvrières ou de classe moyenne, dont le revenu annuel par foyer ne dépasse par 600 000 rands (38 000 euros).Des allocations qui doivent servir à compenser la hausse des frais universitaires, a précisé le ministre.

Colère des étudiants

« Des milliers d’étudiants vont être exclus de l’université », a immédiatement réagi Fasiha Hassan, la représentante des étudiants de l’université de Witwatersrand à Johannesburg, à la pointe de la contestation l’an dernier. »Les étudiants sont en colère car nos problèmes n’ont pas été pris en compte », a-t-elle ajouté sur la chaîne de télévision eNCA.

« Le gouvernement a de nouveau donné pouvoir » aux universités pour fixer le montant des frais de scolarité, « c’est l’exact opposé de ce qu’on demandait », s’est indignée la représentante.

En 2015, un mouvement national des étudiants pour dénoncer l’augmentation des frais de scolarité avait paralysé les universités. Après plusieurs jours de heurts, le gouvernement avait cédé en gelant l’augmentation des frais pour 2016.

Avant même l’annonce du ministre, les cours ont été suspendus lundi à l’université du Cap, très active dans la contestation de 2015, pour prévenir toute agitation.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici