Fermer

Air Algérie vise quarante avions supplémentaires

Par Jeune Afrique

Un avion d'Air Algérie © Antonin Borgeaud/Les Éditions du Jaguar

La compagnie nationale algérienne souhaite étendre sa flotte aérienne pour atteindre une centaine d’appareils d’ici une décennie, contre une soixantaine actuellement.

Air Algérie s’apprête à acquérir entre 2018 et 2025 une quarantaine d’avions qu’elle affectera notamment de ses vols long courrier. Selon les informations de l’agence Algérie Presse Service (APS), quatre appareils doivent être acquis au cours de la seule année 2018 et les autres entre 2020 et 2015.

Avec cette opération, la compagnie nationale algérienne souhaite faire passer sa flotte d’une soixantaine d’appareils actuellement – des avions moyens courrier aux trois-quarts – à une centaine en 2025.

Selon son PDG, Mohamed Abdou Bouderbala, cité par APS, la compagnie envisage de se tourner vers des financements extérieurs pour mener à bien cette opération.

Expansion vers l’Afrique

Lancé en 2012, le précédent plan de restructuration visait à acquérir 16 avions jusqu’en 2017, pour un coût total de 93,3 milliards de dinars algériens (760 millions d’euros). Une acquisition de 14 nouveaux avions Boeing, Airbus et ATR avait été annoncée en janvier 2014, pour 49 milliards de dinars. Deux appareils cargo devaient s’y ajouter.

Huit avions ont été livrés l’an dernier, à savoir trois Airbus A330-200, deux Boeing 737-800 et trois ATR destinés aux vols intérieurs. Ces acquisitions avaient été financées par trois banques publiques locales : la Banque nationale d’Algérie (BNA, chef de file), la CNEP-Bank (Caisse nationale d’épargne et de prévoyance) et la Banque extérieure d’Algérie (BEA).

Air Algérie, qui dessert déjà 44 destinations, entend également poursuivre son développement vers l’Afrique. En 2017, des liaisons vers Conakry (Guinée), Banjul (Gambie), Cotonou (Benin) et Lomé (Togo) devraient voir le jour.

En avril 2015, Mohamed Salah Boultif, l’ancien PDG de Air Algérie annonçait un chiffre d’affaires de 77,1 milliards de dinars (environ 720 millions d’euros) pour 2014 contre 69,9 milliards de dinars enregistrés un an plus tôt. L’opérateur aérien transportait alors 5,2 millions de passagers, contre 4,8 millions en 2013.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici