Fermer

Burkina : Luc Adolphe Tiao arrêté après son audition par la Haute cour de justice

L'ancien Premier ministre du Burkina Faso, Luc Adolphe Tiao, lors du Forum économique international des Amériques en 2014. © Ryan Remiorz/AP/Sipa

Accusé d'avoir ordonné la répression meurtrière de l'insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, l'ex-Premier ministre de Blaise Compaoré a été inculpé d'assassinat et écroué vendredi, à Ouagadougou, après son audition par la Haute cour de justice.

Luc Adolphe Tiao, le dernier Premier ministre de Blaise Compaoré, a été inculpé d’assassinat et placé sous mandat de dépôt à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (Maco), ce vendredi 16 septembre, après avoir été entendu par la Haute cour de justice sur son rôle dans la répression de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, au cours de laquelle une trentaine de civils ont été tués.

Selon une source sécuritaire proche du dossier, il est tenu pour responsable de la répression des manifestations anti-Compaoré après avoir signé de sa main une réquisition spéciale autorisant les forces de défense et de sécurité à faire usage de leurs armes pour maintenir l’ordre public. « Il porte la responsabilité de l’exécution de cette réquisition », explique notre source.

Rentré d’exil en Côte d’Ivoire

Comme l’ensemble des ministres de son gouvernement, Luc Adolphe Tiao était visé par une commission rogatoire de la Haute cour de justice et a été convoqué par la gendarmerie pour s’expliquer sur les événements qui ont entraîné la chute de Blaise Compaoré. Exilé en Côte d’Ivoire depuis 2015, il était rentré de lui-même à Ouagadougou pour répondre à cette convocation.

Les différents procès verbaux d’audition des ministres du gouvernement Tiao entendus par la gendarmerie ont été transmis à la Haute cour de justice. Elle doit désormais se pencher sur chacun de ces cas et déterminer si d’autres mandats de dépôt doivent être exécutés.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici