Fermer

Antiracisme : une joueuse de football américain boycotte à nouveau l’hymne national

Par Jeune Afrique

La joueuse a une nouvelle fois posé un genou à terre. © Kyle Robertson/AP/SIPA

Megan Rapinoe, internationale américaine de football, a boycotté une deuxième fois en dix jours l'hymne américain. Elle manifeste son soutien au joueur de football américain Colin Kaepernick, qui pose un genou à terre pendant l'hymne pour dénoncer l'oppression des Africains-Américains.

Un genou à terre pendant l’hymne national avant un match face à la Thaïlande (9-0). C’est ainsi que la jeune femme, l’une des joueuses les plus expérimentées de l’équipe américaine de football, a signifié son soutien à Colin Kaepernick, quarterback remplaçant des San Francisco 49ers.

Ce dernier est au cœur d’une polémique nationale depuis qu’il refuse de se lever pendant l’hymne américain, avant les matches de la Ligue nationale de football américain (NFL). « Je ne vais pas afficher de fierté pour le drapeau d’un pays qui opprime les Noirs », a déclaré le jeune homme se référant aux meurtres de Noirs par des policiers dans de récentes bavures qui ont choqué le pays.

Pas la première fois

C’est la seconde fois que Megan Rapinoe affiche son soutien au quaterback. Elle avait déjà fait ce geste lors d’un match de son club, Chicago, le 4 septembre dernier. « J’ai l’intention de continuer à poser un genou à terre, j’essaie de trouver une autre façon d’agir, mais en attendant c’est ma façon à moi de faire entendre ma voix », a-t-elle expliqué au site internet de la chaîne de télévision ESPN.

La Fédération américaine de football a critiqué l’attitude de Rapinoe, sélectionnée à 109 reprises en équipe des États-Unis, sacrée championne olympique en 2012 et championne du monde en 2015. « Représenter notre pays est un honneur et un privilège, c’est pourquoi notre hymne a une signification particulière pour la Fédération américaine », a déclaré l’US Soccer dans un communiqué.

Un boycott qui fait tache 

« Nous attendons de tous ceux qui représentent notre pays qu’ils se lèvent et rendent hommage à notre drapeau pendant l’hymne national », poursuit le texte. Quant à elle, la joueuse s’interroge : « Nous devons regarder toutes les choses que notre drapeau et notre hymne représentent : est-ce que cet hymne et ce drapeau protègent vraiment tout le monde ? ».

Son boycott a fait tache d’huile au sein de la NFL et dans tous les niveaux du football américain, dans les Championnats lycéens et universitaires notamment.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici