Fermer

Afrique du Sud : trois mineurs illégaux morts dans une mine d’or désaffectée

Par Jeune Afrique avec AFP

Sur le site de la mine de Langlaagte, le 11 septembre 2016 à Johannesburg. © JOHN WESSELS/AFP

Mercredi, les corps de deux autres mineurs illégaux, piégés au fond d'une mine désaffectée de Johannesburg depuis près d'une semaine suite à un incendie, ont été ramenés à la surface. Cela porte à trois morts le bilan de cet accident.

Les deux dernières victimes ramenées à la surface mardi par des volontaires sont zimbabwéennes. Un autre corps avait déjà été découvert par les services de secours sud-africains lundi.

Selon les volontaires zimbabwéens, qui poursuivaient les recherches, tous les mineurs illégaux bloqués ont maintenant été sortis de la mine. En revanche La police et les services de secours qui avaient suspendu les recherches lundi n’ont pas été en mesure de confirmer qu’il n’y avait plus de victime sous terre.

Plus vieille mine d’or du pays

Le groupe de mineurs illégaux s’était retrouvé bloqué le 7 septembre dans la mine d’or de Langlaagte, la plus vieille du pays. Des milliers de mineurs illégaux, souvent venus du Mozambique, du Zimbabwe et du Lesotho voisins, travaillent aujourd’hui au péril de leur vie, dans des mines désaffectées en Afrique du Sud, dans le but de revendre quelques pépites d’or au marché noir.

Par mesure de sécurité, le gouvernement a interdit l’accès à 200 puits de mines abandonnées.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici