Fermer

Maroc : CIH Bank poursuit sa diversification

Par - À Rabat

CIH Bank comptabilisait un produit net bancaire consolidé de 757 millions de dirhams (69,15 millions d'euros) au premier semestre 2015. © DR

À l’occasion de la publication de ses résultats semestriels à Casablanca, l'organisme de crédit immobilier et hôtelier marocain a dévoilé sa stratégie jusqu'en 2020. Au programme : développement de l'immobilier commercial et émission d'obligations. En revanche, le lancement de sa filiale dédiée à la finance participative patine toujours.

CIH Bank a présenté la semaine dernière, à Casablanca, ses résultats semestriels, qui illustrent selon la banque la poursuite de sa diversification.

La filiale de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) s’est d’abord félicitée, par la voix de son patron Ahmed Rahhou, du déploiement opérationnel du système Novabank qui vise à automatiser les différentes opérations bancaires. La banque a procédé dans le même temps à l’ouverture de sept agences sur l’ensemble du territoire marocain et à l’ouverture de 76 000 comptes.

Côté résultat net du groupe, les chiffres font un peu grise mine : 180 millions de dirhams (16 millions d’euros), soit une baisse de -5,2% par rapport à l’an dernier. Alors que la rentabilité à mi-2015 était déjà en recul.

Un résultat que la CIH Bank explique par la mise en place de sa filiale « participative »— QMB Company — comme est communément surnommée la finance islamique dans le royaume chérifien.

Le qatari Qatar International Islamic Bank détient 40% des parts de ce nouvel acteur qui attend l’agrément de Bank Al-Maghrib, la Banque centrale marocaine. Comme l’ensemble du secteur de la finance islamique, CIH Bank ronge son frein. La loi sur la finance participative a été votée fin 2014, mais le secteur n’est pas encore en activité.

Poursuivre la diversification

Le produit net bancaire consolidé de CIH Bank s’élève lui à 913 millions de dirhams, contre 865 millions de dirhams un an plus tôt.

La CIH Bank a par ailleurs revendiqué un volume de crédits en hausse, tout particulièrement pour les crédits non-immobiliers (+ 8,3 %). Ces deniers atteignent désormais 26,4 % de l’encours des crédits de l’établissement.

L’annonce des résultats semestriels a aussi été l’occasion de présenter un plan stratégique 2016-2020. La logique de diversification de l’établissement, traditionnellement dédié à l’immobilier et aux activités hôtelières, se poursuit.

CIH Bank compte par exemple profiter du potentiel de l’immobilier commercial avec la création de sa filiale Ajarinvest (dans laquelle la CDG est aussi actionnaire). Elle sera dédiée à la gestion d’un fonds de placement collectif investi dans l’immobilier locatif.

Le conseil d’administration de CIH Bank a par ailleurs adopté un programme d’émissions d’obligataires de quatre milliards de dirhams (358 millions d’euros) entre 2016 et 2020, qui doit permettre d’augmenter les fonds propres de l’établissement.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici