Fermer

Niger : sept soldats tués par Boko Haram dans deux embuscades

Par Jeune Afrique avec AFP

Des soldats nigériens près de Diffa, le 16 juin 2016. © Issouf Sanogo/AFP

Sept soldats nigériens ont été tués et huit blessés entre le jeudi 8 septembre et le lundi 12 par le groupe islamiste Boko Haram dans la région de Diffa, au sud-est du Niger, frontalière du Nigeria, a indiqué mardi soir l'armée nigérienne.

Selon un communiqué lu à la télévision d’État par le colonel Moustapha Ledru, porte-parole du ministère nigérien de la Défense, cinq membres des Forces de défense et de sécurité ont été tués et six autres blessés, ce lundi dans une embuscade tendue vers 10h30 locales par des éléments du groupe terroriste Boko Haram, non loin de Toumour, à 75 km au nord de la ville de Diffa

Jeudi dernier, deux soldats ont été tués et deux autres blessés, également dans une embuscade : leur véhicule de patrouille a sauté sur un engin explosif improvisé près de la localité de Baroua, a ajouté Moustapha Ledru.

Le 2 septembre, Toumour avait déjà été victime d’un raid : cinq personnes avaient été tuées et deux blessées. C’était la première attaque depuis près de trois mois.

Selon le porte-parole, 30 combattants de Boko Haram ont été tués et deux autres capturés au cours d’une opération de ratissage lancée par les militaires nigériens et tchadiens présents dans la région. D’importantes quantités d’armes et de munitions appartenant aux insurgés auraient également été saisies, a-t-il noté.

Offensives de Boko Haram

Début juin, Boko Haram avait lancé une offensive contre des positions de l’armée nigérienne dans la ville-garnison de Bosso, à une vingtaine de kilomètres de Toumour, à la frontière avec le Nigeria. Vingt-six soldats avaient été tués, selon un bilan officiel de Niamey. Plusieurs civils avaient également été tués sans que l’on en connaisse le nombre exact. Le groupe islamiste avait également tué des gendarmes quelques jours plus tard à Nguagam prés d’un site de personnes déplacées.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici