Fermer

Zimbabwe : la police interdit une nouvelle fois les manifestations anti-Mugabe

Par Jeune Afrique avec AFP

Violences lors d'une manifestation contre le régime, le 26 août 2016 à Harare. © ZINYANGE AUNTONY/AFP

La police zimbabwéenne a interdit pour un mois dans les rues de la capitale Harare les manifestations hostiles au président Robert Mugabe prévues par l'opposition, quelques jours après que la justice ait levé la précédente interdiction.

Dans une note publiée mardi par le quotidien d’État Herald, le directeur général de la police a indiqué que cette mesure visait « l’organisation des manifestations et défilés de toute sorte pour une période maximale d’un mois courant du 16 septembre au 15 octobre ».

Quelques heures avant l’annonce de cette interdiction, une coalition des partis d’opposition emmenée par le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) avait annoncé des manifestations samedi dans tout le pays.

Fronde populaire depuis plusieurs semaines

Depuis plusieurs semaines, le Zimbabwe est agité par une fronde populaire contre le régime du président Mugabe, qui dirige le pays d’une main de fer depuis 1980. Le chef de l’État a prévenu qu’il réprimerait les manifestations par la force. Les mouvements hostiles à Robert Mugabe ont eux promis de défier le président.

Nous ne tiendrons pas compte de cet ordre

« Ce sont les derniers soubresauts d’un régime qui se meurt, nous n’espérions rien de mieux de sa part », a commenté à l’AFP un porte-parole du MDC, Douglas Mwozora.

« Nous ne tiendrons pas compte de cet ordre anticonstitutionnel de la police », a pour sa part promis Hardlife Mudzingwa, le porte-parole du mouvement #Tajamuka (Nous sommes agités), à la pointe de la fronde contre le pouvoir.

Élections générales en 2018

La semaine dernière, la justice avait défié le régime en levant une précédente mesure de la police prohibant tout rassemblement de masse dans les rues de Harare jusqu’au 16 septembre.

Des élections générales sont prévues en 2018 au Zimbabwe. Le président Mugabe, qui est à 92 ans le plus vieux chef de l’État en exercice au monde, compte se représenter à la fonction suprême alors que son pays traverse une profonde crise économique.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici