Fermer

Congo : les bus électriques de Bolloré s’installent à Brazza et Pointe-Noire

64 véhicules électriques du groupe Bolloré avaient été déployés à Brazzaville dans le cadre des Jeux africains, organisés en septembre dans la capitale congolaise. © Bolloré

Expérimentés lors des Jeux africains de 2015, les bus à énergie électrique sont officiellement mis en circulation à Brazzaville lundi. Ils arriveront ensuite à Pointe-Noire. Ils marquent une nouvelle étape dans le développement d'une gamme de véhicules électriques développés par le groupe Bolloré, et mis en circulation dans plusieurs pays africains.

Des bus électriques 100% énergie propre circulent désormais dans les rues de Brazzaville, tout comme dans plusieurs pays africains où le groupe Bolloré développe ces solutions alternatives de transport.

Développés par Bluecongo, une co-entreprise du groupe Bolloré et du fonds souverain de l’État du Qatar, ils avaient déjà été expérimentés lors des Jeux africains de septembre 2015, quand une soixante de ces véhicules avaient été mis à disposition des délégations officielles à cette occasion.

Après des tests au mois de mai 2016, la mairie de la capitale congolaise a finalement donné son accord mi-août pour un lancement officiel ce lundi.

Quasi-silencieux, ils n’émettent pas de CO2 grâce à une batterie LMP, à base de lithium, développée par Blue Solutions, la filiale du groupe Bolloré qui développent des solutions énergétiques propres.

Au total, sept lignes de bus sont mis en circulation à Brazzaville. Le coût du transport est fixé à 150 francs CFA, soit 0,22 euro, le prix moyen des bus à gasoil dans la capitale congolaise. Ces Bluebus — des bus de six mètres — doivent ensuite commencer à circuler à Pointe-Noire, la deuxième ville du Congo, à partir du 20 septembre prochain.

Expansion des bluezones

Le Groupe Bolloré, qui construit des véhicules électriques en Bretagne et au Canada, n’en est pas à son coup d’essai sur le continent africain. Des Bluebus circulent par exemple déjà depuis 2014 en Côte d’Ivoire, sur le campus de l’université de Cocody, à Abidjan.

Des « bluezones », espaces multifonctionnelles alimentées par l’énergie solaire, ont également été ouverts à Conakry (Guinée), Lomé (Togo), ou Niamey (Niger).

Détenu par Vincent Bolloré, le groupe est présent sur le continent africain via sa filiale Bolloré Transport & Logistics, qui détient des concessions portuaires et des réseaux ferroviaires (46 pays d’Afrique via 250 filiales avant la refonte de l’organisation en mars).

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici