Fermer

RD Congo : Mwando Nsimba, président du G7, empêché d’atterrir dans son fief de Kalemie

Charles Mwando Nsimba, le chef du G7 en RD Congo. © Radio Okapi/Flickr

Ancien premier vice-président de l'Assemblée nationale passé à l'opposition, Charles Mwando Nsimba, aujourd'hui président du G7, a accusé dimanche les autorités congolaises de l'avoir empêché d'atterrir à Kalemie où il se rendait « dans le cadre de vacances parlementaires ».

« Le pouvoir fait tout pour que je n’aille pas à Kalemie », a expliqué, le 11 septembre à Jeune Afrique, Charles Mwando Nsimba, joint au téléphone à l’aéroport de Bukavu, capitale du Sud-Kivu, dans l’est de la RD Congo, où l’avion de la compagnie aérienne CAA qui devait le conduire dans son fief du sud-est du pays a finalement atterri.

« Depuis Lubumbashi, les responsables de la CAA m’ont confié qu’ils subissaient des pressions pour ne pas m’embarquer, poursuit le leader du G7, ce groupe de sept partis frondeurs expulsés de la majorité au pouvoir pour s’être opposé à tout éventuel prolongement du mandat du président Joseph Kabila. Mais en absence d’un document officiel m’interdisant de me rendre à Kalemie, j’ai décidé de monter à bord. »

Fin janvier, Charles Mwando Nsimba, ancien vice-président de l’Assemblée nationale et leader de l’Union nationale des démocrates fédéralistes (Unadef) s’était déjà plaint d’avoir été empêché de se rendre à Kalemie, chef-lieu de Tanganyika, dans l’ex-Katanga.

« Persistance des intimidations »

Du côté du Rassemblement de l’opposition, l’on dénonce « la persistance des intimidations et du rétrécissement de l’espace politique » en RD Congo.

« Alors que des pourparlers à sens unique se tiennent à Kinshasa, les autorités continuent d’intimider les opposants qui exigent la libération des prisonniers politiques et la cessation des poursuites contre Moïse Katumbi avant leur participation dans un dialogue politique respectueux de la Constitution et de la résolution 2277 », s’insurge un cadre de la plateforme politique présidée par l’opposant historique Étienne Tshisekedi.

« Sans Étienne Tshisekedi, il n’y a pas de dialogue représentatif dans le pays », continue de soutenir de son côté Mgr Luis Mariano Montemayor, nonce apostolique en RD Congo, appelant aussi Kinshasa à permettre le retour de Moïse Katumbi au pays.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici