Fermer

France : tout le monde attend Balotelli !

Par AFP

Le nouvel attaquant de l'OGC Nice Marion Balotelli pose revêtu du maillot niçois à l'Allianz Riviera, le 2 septembre 2016. © AFP

"Quand Mario Balotelli est arrivé, il nous a demandé: "Quel est le match le plus important pour les supporters ?"", raconte le gardien Yoan Cardinale, qui a répondu: "Nice-OM". Ça tombe bien, c'est dimanche (20h45)!

Pour une fois, l’Olympique de Marseille en plein rachat américain laisse la vedette à un Italien, la recrue star de Nice et de toute la Ligue 1.

Le joueur italien, objet du transfert le plus bling-bling de France depuis Zlatan Ibrahimovic, est-il prêt pour ce match de la 4e journée?

« Nous verrons », répond simplement l’entraîneur suisse de Nice Lucien Favre. Car si Super Mario « a un énorme potentiel » le technicien rappelle qu’il doit faire « un gros travail de reconstruction physique, dans les déplacements, démarquages, replacements… Cela demandera un certain temps. »

« Tout se passe bien avec Mario, il est à l’écoute », juge Favre qui n’oublie pas « ses buts d’il y a quelques années », mais rappelle que son nouvel attaquant « n’a pas joué un match depuis longtemps ».

Face à l’énorme engouement suscité par l’arrivée de l’ange déchu du football italien, il serait dommage de ne pas le voir jouer au moins la fin du match.

‘Un bonus à Nice’

Selon le club, la boutique vend déjà une centaine de maillots floqués n°9 Balotelli par jour depuis le 1er septembre, des chiffres énormes pour l’OGCN, qui a déjà reçu près de 40 demandes d’interviews individuelles venant de France, Italie, Allemagne, Suisse et Angleterre.

Pour son agent Mino Raiola, qui est aussi celui d’Ibrahimovic et de Paul Pogba, les télévisions devraient « donner un bonus à Nice ». « Sans Ibra, ce championnat a perdu au moins 50% de sa valeur médiatique. Avec Mario, il en récupère au moins 30% », assure l’agent.

A propos de business, Balotelli est arrivé en transfert gratuit pour un contrat d’un an, a expliqué le président de Nice Jean-Pierre Rivère, pas peu fier de son coup, après avoir relancé l’an dernier Hatem Ben Arfa, un autre gros caractère du foot.

Liverpool, qui ne voulait plus de « Balo », économise ses 12 derniers mois de salaire (88.600 euros par semaine).

Rivère a démenti que le salaire de Balotelli atteigne les 4,5 millions d’euros par an, mais n’a pas donné de chiffres.

Reste à savoir si, après deux ans dans le désert, il peut redevenir ce félin qui avait abattu l’Allemagne en demi-finales de l’Euro-2012 (2-1) d’un doublé fulgurant.

« Ce recrutement, c’est la roulette russe », s’amuse le défenseur marseillais Rod Fanni, pas encore prêt physiquement à affronter Super Mario. « Ça peut être tout bon s’il a la tête à l’endroit, tout mauvais s’il l’a dans l’autre sens », ajoute-t-il.

‘Moi, j’ai +Bafé+ Gomis’

Fanni met en garde ses coéquipiers. « Un joueur de son calibre qui se retrouve à Nice, sa fierté a dû en prendre un petit coup, commente-t-il. S’il a mis sa fierté de côté, c’est peut-être qu’il veut montrer son vrai visage. Il aura envie de prouver des choses ».

L’entraîneur marseillais Franck Passi, lui, n’est même pas sûr de croiser Balotelli. « Apparemment il n’est pas encore +fit+, mais c’est un énorme joueur », explique Passi. Le technicien certifie aussi qu’il n’est pas jaloux: « Moi, j’ai +Bafé+ Gomis! ».

Pour faire à nouveau peur, Balotelli promet qu’il s’est assagi, mais il a déjà fait le coup…

« Ces dernières années, sa vie a été d’un ennui mortel », assure Raiola, éloignant les images de Mario sortant de boîte de nuit sapé comme jamais.

Pourchassé en Italie comme en Angleterre, Balotelli cherche « un endroit où il puisse être jugé sur le football et non sur la vie privée », insiste Raiola.

Pour l’instant, le joueur vit toujours à l’hôtel à Monaco, et un employé du club le conduit lors de ses déplacements.

Comme le dit le gardien niçois Yoan Cardinale: « Nous ne sommes pas dans la même catégorie mais nous jouons dans la même équipe ».

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici