Orange Money vise la microfinance et la micro-assurance

Par - à Abidjan

En 2015, près de 8 milliards d’euros ont échangés via Orange Money, par plus 16 millions de clients indique le groupe français. © Sylvain Cherkaoui pour Jeune Afrique

L'opérateur de télécoms a annoncé mercredi l'ouverture d'un centre d'expertise en conformité d'Orange Money (CECOM) à Abidjan qui accompagnera son offre de services financiers en Côte d'Ivoire, au Sénégal, au Mali et en Guinée. Objectif : sécuriser et développer sa clientèle sur ce segment porteur notamment via la microfinance et la micro-assurance.

L’opérateur télécoms français Orange a lancé le mercredi 7 septembre à Abidjan son centre régional d’expertise en conformité d’Orange Money (Cecom), une plateforme dédiée à la maîtrise des risques liés à son offre de transferts financiers sur mobile (Mobile Money) en Côte d’Ivoire, au Mali, au Sénégal et en Guinée.

Toutes les données du Cecom sont hébergées au sein de la plateforme Orange Services à Abidjan, le « technocentre » dont s’est doté l’opérateur dans la capitale économique ivoirienne en 2010.

De grandes ambitions

La nouvelle structure accompagne les ambitions dans le domaine des services financiers du groupe Orange qui a obtenu en mars un licence d’établissements émetteur de monnaie électronique (EME) valable au Sénégal, au Mali, en Côte d’Ivoire ainsi qu’en Guinée. Cet agrément permet de gérer sans partenaire bancaire le paiement de factures ou les transferts d’argent à partir des comptes Orange Money de ses clients.

Le Mobile Money est devenu l’un des pôles majeurs de développement d’Orange, qui a réalisé environ 80 millions d’euros de revenus via ce service en 2015 pour 8 milliards d’euros de transactions [le groupe français a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 4,9 milliards d’euros dans la zone Afrique et Moyen-Orient].

« La Côte d’Ivoire est le berceau d’Orange Money. Nous y avons enregistré une croissance. Mais des pays comme la Guinée, le Sénégal et le Mali ont rapidement atteint le seuil critique de cette activité », a expliqué durant une conférence de presse organisée mercredi à Abidjan Marc Rennard, directeur général adjoint du groupe Orange en charge de l’expérience client et du mobile banking.

En juin, l’offre Orange Money comptait 19 millions de comptes clients dans la zone Afrique et Moyen-Orient (+36 % sur un an).

Placements et nouvelles offres

Orange a de grandes ambitions pour son offre de mobile money, que le groupe français a lancé dans l’Hexagone en juin dernier. La multinationale française espère booster à 200 millions d’euros d’ici 2018 les revenus générés par cette offre.

Les possibilités de création de valeur grâce à orange Money sont nombreuses. Les ressources importantes transitant à travers cette offre pourraient notamment être investies dans des placements rémunérés sur le marché financier ouest-africain.

Aussi, et afin de dynamiser le développement de son offre de services financiers sur mobile, Orange entend nouer des partenariats notamment dans le microcrédit et la microassurance (le statut d’EME ne permet pas à l’opérateur d’être un établissement de crédit).

Les utilisateurs d’Orange Money peuvent déjà effectuer des transferts d’argent et régler des factures grâce à cette offre. Pour Thierry Millet, directeur Orange Money, paiement mobile et sans contact, l’une des étapes à franchir portera sur des partenariats avec des multinationales de l’agro-industrie pour faciliter le paiement de leurs fournisseurs agriculteurs installés souvent loin des grands centres urbains.

Orange pourrait également introduire dans ses filiales en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale l’offre de cartes de paiement prépayées Orange Money, déjà disponible au Botswana en partenariat avec Visa, le spécialiste américain des carte de paiement.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici