Fermer

Gabon : les observateurs de l’UE évoquent une « évidente anomalie » dans les résultats

Par Jeune Afrique avec AFP

Une gabonaise vote à l'ouverture du scrutin présidentiel à Libreville, le 30 août 2009. © JOEL BOUOPDA TATOU/AP/SIPA

L'analyse des résultats définitifs de l'élection présidentielle au Gabon révèlent "une évidente anomalie", a annoncé mardi la mission d'observation de l'Union européenne dans une déclaration transmise à l'AFP.

« Une analyse portant sur le nombre de non-votants et des bulletins blancs et nuls révèle une évidente anomalie dans les résultats finaux dans la province du Haut-Ogooué », qui a officiellement enregistré un taux de participation de 99,93% et a permis au président sortant Ali Bongo Ondimba d’être réélu d’une courte tête, a indiqué l’observatrice en chef de l’UE, Mariya Gabriel.

Manque de transparence

Les observateurs ont été autorisés à assister aux annonces publiques des résultats provinciaux dans sept des neuf provinces, explique la mission européenne.

« Les résultats n’ont pas été annoncés publiquement dans celle du Haut-Ogooué, fief ethnique du président Bongo où il a obtenu plus de 95% des suffrages, privant ainsi les parties prenantes de la transparence requise par la loi », ajoute Mariya Gabriel.

« L’intégrité des résultats provisoires dans cette province est (…) remise en cause alors que le taux de participation de 99,93% dans le Haut-Ogooué est nettement supérieur à ceux enregistrés dans les autres provinces, estimés en moyenne à 48% ».

« En outre, l’abstention observée dans une des quinze commissions électorales locales (du Haut-Ogooué) est à elle seule supérieure à l’abstention déclarée par la Commission électorale nationale (Cénap) pour l’ensemble de cette province », affirme la responsable.

Un recours comme dernier espoir

Mariya Gabriel réitère son appel aux autorités gabonaises à publier les résultats bureau de vote par bureau de vote dans l’ensemble du pays, afin de faciliter un possible recours (devant la Cour constitutionnelle) qui reste la voie pour résoudre, dans le respect de la loi, la crise de confiance dans les résultats.

Le score obtenu dans le Haut-Ogooué a permis au président Ali Bongo de remporter la victoire avec 49,80% sur l’ensemble des neuf provinces, contre 48,23% pour son rival Jean Ping, selon les résultats provisoires annoncés le 31 août par le ministre de l’Intérieur gabonais. Cela représente 5 594 voix d’avance sur quelque 628 000 inscrits.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro