Goncourt 2016 : trois écrivains d’origine africaine dans la première sélection

Succéderont-ils à Mathias Enard, lauréat 2015 avec "Boussole"? © Natacha Pisarenko/AP/SIPA

L’académie Goncourt a dévoilé ce mardi 6 septembre sa première sélection de 16 romans en lice pour le plus prestigieux prix littéraire du monde francophone. Parmi eux, trois écrivains d'origine africaine : Natacha Appanah, Gaël Faye et Leila Slimani.

Natacha Appanah, Tropique de la violence (Gallimard) 

Journaliste et romancière mauricienne, Natacha Appanah publie là son sixième roman. Auréolée du Prix grand public du Salon du livre de Paris en 2005 pour La Noce d’Anna, ou encore du Prix du roman Fnac en 2007 pour Le dernier frère, ce nouveau livre en course pour le Prix Goncourt a trait cette fois-ci à la délinquance juvénile sur l’île de Mayotte, et dont elle a été le témoin pendant deux ans.  « J’y ai vécu deux ans, de 2008 à 2010, et j’avais été frappée du nombre d’enfants dans la rue. Ce sont des enfants qui ont été laissés à Mayotte par leurs parents(..). Leurs parents sont des clandestins qui ont été renvoyés à la frontière », confie t-elle lors d’une interview à France info.

C’est son personnage Moïse,  un jeune comorien, qui incarnera le destin des ces enfants livrés à eux-mêmes et qui basculent inexorablement dans la délinquance. À 15 ans, Moise se met à fréquenter un gang de jeunes violents, drogués et désœuvrés. Cette boucle de la violence s’illustrera également à travers les personnage de Olivier , un flic désabusé et d’un humanitaire, Olivier, volant désespérément au secours de cette jeunesse en déshérence.

Gaël Faye, Petit Pays (Grasset)

Artiste franco-rwandais, Gaël Faye a mis de côté le rap pour s’essayer à son premier roman. Un livre où il y met un peu de sa vie. Gabriel, garçon d’une dizaine d’années et narrateur du récit, et Gaël Faye, ont en effet quelques traits d’histoires en commun. Tous deux sont d’origine rwandaise, un pays qu’ils ont été contraints de fuir en raison de la guerre civile qui éclate en 1994. Si Gaël Faye a trouvé refuge en France, Gabriel, lui, choisira le Burundi, pays voisin du Rwanda, et qui a accueilli nombre d’immigrés Tutsi. Lire notre chronique consacrée au roman de Gaël Faye.

Leïla Slimani, Chanson Douce (Gallimard)

Notre collaboratrice Leïla Slimani avait remporté, le 19 septembre 2015, le prix de La Mamounia décerné à Marrakech pour son roman Dans le jardin de l’ogre (Gallimard). Une fiction qui évoquait l’addiction au sexe d’un point de vue féminin dans ce qu’elle a de plus sordide. Elle revient un an après sur le devant de la scène littéraire avec un nouveau roman, Chanson douce, sélectionné pour le Goncourt.

L’histoire : « Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame. »

Présentation de l’éditeur : « À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c’est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant »

Les jurés du Goncourt se réuniront de nouveau les 4 et 27 octobre pour leur deuxième et troisième sélection.

Liste complète de la première sélection : 

Nathacha Appanah, Tropique de la violence (Gallimard)

Metin Arditi, L’enfant qui mesurait le monde (Grasset)

Magyd Cherfi, Ma part de Gaulois (Actes Sud)

Catherine Cusset, L’autre qu’on adorait (Gallimard)

Jean-Baptiste Del Amo, Règne animal (Gallimard)

Jean-Paul Dubois, La succession (L’Olivier)

Gaël Faye, Petit pays (Grasset)

Frédéric Gros, Possédées (Albin Michel)

Ivan Jablonka, Laëtitia ou la fin des hommes (Seuil)

Régis Jauffret, Cannibales (Seuil)

Luc Lang, Au commencement du septième jour (Stock)

Laurent Mauvignier, Continuer (Minuit)

Yasmina Reza, Babylone (Flammarion)

Leila Slimani, Chanson douce (Gallimard)

Romain Slocombe, L’affaire Léon Sadorski (Robert Laffont)

Karine Tuil, L’insouciance (Gallimard)

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici