Angola : José Eduardo dos Santos limoge son ministre des Finances

Par Jeune Afrique

José Eduardo dos Santos, le président angolais, à Lusaka, en Zambie, le 12 avril 2008. © Themba Hadebe/AP/SIPA

Le président angolais José Eduardo dos Santos a procédé ce lundi a un mini-remaniement ministériel. Parmi les sortants : Armando Manuel, ministre des Finances depuis trois ans et demi. Le ministre de l'agriculture a également été remplacé.

José Eduardo dos Santos a mis fin ce lundi 05 septembre 2016 aux fonctions du ministre angolais des Finances, Armando Manuel, en charge de ce portefeuille depuis mai 2013.

Son remplaçant est Augusto Archer de Sousa Mangueira, jusque-là président de la Commission des marchés de capitaux (gendarme de la bourse), rapporte une note de l’agence de presse officielle Angop, qui cite un communiqué de la Maison civile de la présidence angolaise.

La note d’Angop ne fournit aucune précision quant aux raisons du limogeage de Armando Manuel, ni quelles seront ses nouvelles attributions.

Contexte délicat

Il convient de noter, toutefois, qu’elle intervient dans un contexte délicat pour l’économie angolaise, dont la croissance et et les indicateurs macroéconomiques sont durement affectés par le recul des cours du pétrole.

Début juillet, le gouvernement angolais a ainsi réduit drastiquement sa prévision de croissance pour 2016, ramenée à +1,3 %, contre un taux de 3 % annoncé plus tôt cette année, soit son plus faible niveau depuis le début des années 2000. Le gouvernement a réduit de -6 milliards de dollars son budget 2016.

Le renvoi d’Armando Manuel survient, de surcroît, quelques mois seulement après le surprenant tour pris par les négociations entamées entre le gouvernement angolais et le Fonds monétaire international.

Luanda a renoncé, fin juin, à une aide de 4,5 milliards de dollars sollicitée auprès du FMI et au sujet de laquelle un  pré-accord avait même été trouvé quelques semaines plus tôt. La volte-face des autorités angolaises, expliquée officiellement par la remontée des cours du pétrole, a suscité  l’incompréhension des marchés et soulevé des interrogations au sujet de la nature politique, voire électorale de la décision.

Parcours

Administrateur civil, titulaire d’un master en économie quantitative de l’ex-London Guildhall University (intégrée depuis à London Metropolitan University), Armando Manuel, selon une note de la Banque mondiale, a occupé plusieurs postes de responsabilités dans le secteur public angolais, de la direction du Trésor (2006), au poste de secrétaire aux affaires économiques de la présidence (2010) à la présidence du fonds souverain de l’Angola (2012), avant sa nomination au poste de ministre des Finances.

Son remplaçant à ce poste, Augusto Archer de Sousa Mangueira, selon la Commission des marchés de capitaux, est diplômé de l’ex-Université d’économie Bruno Leuschner (Allemagne de l’est).

Né en 1962, cet ancien professeur à la faculté d’économie de l’Université Agostinho Neto (Luanda) a occupé des postes diplomatiques et de coordination ministérielle : représentant au Commerce de l’Angola en Espagne, conseiller économique du président angolais, coordonnateur du groupe technique du Conseil des ministres, secrétaire d’État puis sous-ministre chargé du Commerce, et membre de la Commission nationale sur le développement rural et la lutte contre la pauvreté. Il a également été président de la Fédération angolaise de handball et vice-président du Comité olympique angolais.

Nominations

Toujours selon la même note d’Angop, qui cite un communiqué de la Maison civile de la présidence angolaise, ce remaniement concerne également le poste de ministre de l’Agriculture qui passe des mains de Afonso Pedro Canga (nommé en septembre 2012) à celles de Marcos Alexandre Nhunga, ancien directeur général de l’’Institut de développement agraire de l’Angola.

Manuel da Cruz Neto, secrétaire général de la présidence, a été limogé et remplacé par Edeltrudes Fernandes Gaspar da Costa, qui occupait auparavant le poste de ministre d’État et chef de la Maison civile de la présidence.