Tanzanie : le gouvernement interdit la sorcellerie pour protéger les albinos

Par Jeune Afrique

Une femme et son enfant dans un parc de Dar es Salaam © BUNYAMIN AYGUN/MILLIYET DAILY/AFP

Le gouvernement tanzanien a décidé d'interdire la pratique de la sorcellerie pour endiguer les attaques contre les albinos, victimes de croyances qui attribuent des vertus magiques à leurs organes.

Pour le porte-parole du ministère de l’Intérieur tanzanien, Isaac Nantanga, "ces prétendus sorciers ont une part de responsabilité dans les agressions contre les albinos".

L’interdiction s’accompagnera d’une vaste campagne de communication à travers le pays, intitulée "En finir avec les meurtres d’albinos".

Une force d’intervention associant policiers, autorités locales et membres de la Société tanzanienne des albinos doit également être mise en place, pour éviter les enlèvements ou les meurtres, et enquêter sur les éventuelles attaques. 

"Nous voulons nous attaquer aux enlèvements et aux meurtres d’albinos une fois pour toutes", a assuré le ministre de l’Intérieur, Mathias Chikawe.

>> Lire aussi : "Blanc ébène", un reportage-photo pour "rendre aux albinos leur dignité" 

L’interdiction de la sorcellerie en Tanzanie intervient après l’enlèvement, fin décembre, d’une fillette albinos de quatre ans portée disparue depuis.

Un problème régional

Depuis 2000, l’ONU estime que plus de 70 albinos ont été tués dans le pays. Les attaques à l’encontre des albinos touchent aussi d’autres pays d’Afrique de l’Est comme le Burundi ou le Swaziland

>> Lire aussi : Mannequins albinos, de l’ombre à la lumière

Le député kenyan albinos, Isaac Mwaura, assure que son pays est lui aussi touché. S’exprimant sur la BBC mercredi 14 janvier, il a expliqué que des gangs venus de Tanzanie traversaient la frontière pour venir kidnapper des albinos jusqu’en territoire kényan. 

Selon lui, le phénomène s’est accentué à l’approche des élections législatives et présidentielle tanzaniennes prévues en octobre.

"Il y a clairement des gens en politique qui recherchent ce genre de concoctions", a-t-il expliqué, en parlant des potions préparées par les guérisseurs. "Les gens sont prêts à tuer des albinos parce qu’ils pensent que cela leur portera bonheur".

>>Lire aussi : La sorcellerie au coeur du pouvoir

(Avec AFP)