Football : Mario Balotelli, le crépuscule du Janus noir ?

Mario Balotelli, le 21 avril 2016, lors du match entre Milan et Capri, à Milan. © Antonio Calanni/AP/SIPA

Indésirable à Liverpool, Mario Balotelli n’en finit plus de faire la une des journaux. À la recherche d’un club, l’attaquant italien d’origine ghanéenne vit pour le moment un été cauchemardesque. Récit.

Mario Balotelli, l’ancienne star italienne d’origine ghanéenne, court de désillusion en désillusion en cette année 2016, au point que son été commence à ressembler à un lent crépuscule. Nœud du problème : l’attaquant est devenu indésirable dans son club de Liverpool, en Angleterre, où Jürgen Klopp, son entraîneur, ne compte pas sur lui pour la saison qui vient de débuter. Désormais sur le marché des transferts, il n’est pas sûr de retrouver un point de chute dans une formation compétitive.

Le joueur vit en réalité un cauchemar depuis le mois de mai. Le 23, le sélectionneur italien officialise en effet la liste des Italiens qui iront à l’Euro 2016 en France. Balotelli n’en fait pas partie, certes sans surprise. Une mauvaise nouvelle en annonçant une autre, il apprend trois jours plus tard que le Milan AC, à qui il a été prêté, avec option d’achat, par Liverpool, ne souhaite pas le conserver. Une nouvelle fois sans surprise.

En vingt matches de championnat, Balotelli n’a inscrit qu’un but. Loin, très loin, de ses performances passées de 2012-2013 (17 buts en 22 matches) et 2013-2014 (21 en 49 matches) sous les mêmes couleurs. Côté chiffres, la saison 2015-2016 est bien terne.

Rumeurs et uppercuts

Malgré les appels du pied de la Sampdoria de Gênes et de Crotone, promu en première division italienne, l’inquiétude reste donc de mise au mois de juillet, alors que le marché des transferts s’affole. Le 13, Jürgen Klopp confirme qu’il ne compte pas sur le joueur de 26 ans : « J’ai discuté de cela avec lui. Il n’est pas à un stade de sa carrière où il devrait se battre avec quatre ou cinq joueurs pour une ou deux places. Il y aura un club qui sera heureux d’avoir le nouveau Mario Balotelli ».

Si les mots ne surprennent personne, ils font mal. Alors que Liverpool entame sa tournée américaine, Mario Balotelli ne verra pas l’Amérique : il s’entraîne avec l’équipe réserve du club, tout en scrutant les journaux. Rumeur, démenti, nouvelle rumeur… Le joueur vit au rythme des propositions et des refus essuyés par son agent, Mino Raiola.

Chievo Verone, Ajax Amsterdam, Besiktas Istanbul, Manchester United, Palerme… Les points de chute potentiels se multiplient. Et se dérobent. Un exemple : alors que le président du Besiktas se dit séduit par l’idée de l’enrôler, l’entraîneur du même club réfute quatre jours plus tard, le 31 juillet. « Balotelli ne fait pas partie de mes plans. Je n’ai pas une opinion de lui favorable ». Un uppercut de plus au foie de l’Italien.

À trois doigts du transfert ?

Dernières tendances en date, même si la rumeur mancunienne n’est pas tout à fait éteinte : les clubs français. Selon France Football, Balotelli aurait été proposé au FC Nantes. Mais les réalités de l’effectif du club ne devraient pas lui permettre de poursuivre. Nantes dispose en effet déjà de trois (voire quatre) attaquants de pointe.

C’est désormais au tour de l’OGC Nice de débarquer dans l’affaire. Selon des médias français Mario Balotelli serait même sur la Côte d’Azur pour y négocier son contrat. Sauf que, une fois de plus, l’entraîneur ne fait pas preuve d’un enthousiasme débordant : Lucien Favre verrait d’un mauvais œil l’arrivée d’un ego surdimensionné dans son collectif… Peut-être a-t-il lu les journaux. Le 11 juin, selon la Gazzetta dello Sport, Balotelli était (une nouvelle fois) impliqué dans une bagarre à la sortie d’une discothèque. Un homme de 33 ans a même perdu trois doigts en s’accrochant à un bus pour s’enfuir…

Difficile aujourd’hui d’imaginer la suite du feuilleton. « Le peu de fois où Balotelli a réellement voulu être footballeur, il a démontré ses qualités », a récemment déclaré Giampiero Ventura, le nouveau sélectionneur de l’Italie. En d’autres termes, le joueur d’origine ghanéenne a les cartes en mains, qu’il les abatte à Nice ou ailleurs. Motif d’espoir, Balotelli croit encore en lui. Il a déclaré le 2 juillet : « Je deviendrai Ballon d’or. Je sais, cela fait rire. Mais il n’est pas trop tard. »