Centrafrique : Koyara, première femme à la Défense depuis l’indépendance

Par AFP

Marie Noëlle Koyara (à gauche), le 11 janvier 2014 à Bangui. © AFP

Une femme, Marie Noëlle Koyara, est devenue pour la première fois depuis l'independance en 1960 ministre de la Défense en Centrafrique, à la faveur d'un remaniement technique du gouvernement du Premier ministre Mahamat Kamoun.

Deux portefeuilles concernant la sécurité changent de propriétaire. Mme Koyara, qui était ministre de l’Équipement dans le précédent gouvernement, aura un dossier capital à gérer : la réforme des Forces armées centrafricaines étant considérée comme un des points clé pour réussir à remettre sur le bon chemin un pays miné par les affrontements depuis 2013.

Elle a été plusieurs fois ministre sous François Bozizé, Michel Djotodia et Catherine Samba Panza. Elle a aussi été représentante de la FAO au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire.

Quatre nouveaux ministres

Quatre nouvelles personnalités font leur entrée dans ce gouvernement dont Samedi Nicaise Karinou qui prend en charge la Sécurité Publique en remplacement du général Métinkoué.

Le magistrat Faustin Mbodou, une personnalité connue, quitte le gouvernement et le ministère de la Justice. La présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba Panza, avait demandé à M. Kamoun un réaménagement technique du gouvernement lors de la présentation des vœux du nouvel aux membres du gouvernement, à la radio d’Etat jeudi.

"J’avais dès le départ indiqué de manière claire que le travail de tous les membres du gouvernement sera évalué au bout de trois mois et que ceux qui n’auront pas démontré leur capacité de diriger un département ministériel seront remerciés", avait annoncé tenu à rappeler la présidente Catherine Samba Panza.

À la suite de la signature de l’accord de Brazzaville du 23 juillet 2014, la présidente de transition centrafricaine avait nommé chef du gouvernement Mahamat Kamoun qui était ainsi devenu le premier musulman Premier ministre du pays, pour former un gouvernement dit de "combat et d’action".

(AFP)