Pravin Gordhan, le ministre sud-africain des Finances, convoqué par la police

Par Jeune Afrique avec AFP

Le ministre sud-africain des Finances, Pravin Gordhan, au Cap le 24 février 2016. © MIKE HUTCHINGS/AFP

Le ministre sud-africain des Finances, Pravin Gordhan, a été convoqué par un service spécial d'enquête de la police, a déclaré mardi 23 août une porte-parole du Trésor. Le dirigeant sud-africain a annoncé qu'il ne se rendrait pas à cette convocation.

La porte-parole du Trésor, Phumza Macanda, a confirmé à l’AFP que Pravin  Gordhan avait reçu « hier une convocation écrite des Hawks » (une unité d’élite de la police sud-africaine). Elle a ajouté que le ministre des Finances consultait ses avocats et ne ferait pas de commentaire à ce stade.

Phumza Macanda n’a pas précisé la date de sa convocation mais, selon le site d’information Daily Maverick, celle-ci est prévue pour jeudi.

Dans un communiqué publié dans la journée de mercredi, Pravin Gordhan a indiqué qu’il ne se rendrait pas à cette convocation. « Je n’ai aucune obligation légale de me présenter à cette convocation des Hawks (Faucons). Je ne compte pas m’y présenter », a-t-il déclaré, rapporte l’AFP.

« J’ai un travail à faire dans un environnement difficile pour servir l’Afrique du Sud du mieux que je peux. Laissez-moi faire mon travail », a-t-il poursuivi.

Suite à l’annonce de la convocation du grand argentier sud-africain, la monnaie nationale, le rand, qui avait déjà perdu mardi soir -4 % de sa valeur face au dollar a lâché un peu plus de terrain. Mercredi soir, un dollar s’échangeait contre 14,20 rands au lieu de 14,07 rands dans l’après-midi.

Suspecté d’avoir espionné Zuma

Nommé par Jacob Zuma en décembre 2015, Pravin Gordhan fut commissaire du fisc sud-africain de 1999 à 2009. En 2014, des allégations ont fait état de l’existence d’une unité au sein de ses services qui aurait espionné des hommes politiques, dont l’actuel président sud-africain.

Une enquête sur l’affaire aurait été ouverte en 2015. Gordhan a toujours nié ces accusations affirmant que la création de cette unité avait été approuvée par le ministère. Quatre autres anciens membres du fisc auraient reçu cette même convocation.

Elle intervient alors que le ministre se trouve en position difficile au sein du gouvernement et est régulièrement critiqué par les partisans de Jacob Zuma.