Soudan : l’ex-vice-président sud-soudanais Riek Machar accueilli à Khartoum pour des « soins médicaux immédiats »

Par Jeune Afrique avec AFP

Riek Machar, le chef de l'ex-rébellion sud-soudanaise, à Addis Abeba, la capitale éthiopienne, le 13 février 2016. © Mulugeta Ayene/AP/SIPA

L'ex-rebelle et ancien vice-président sud-soudanais Riek Machar, en fuite depuis quelques semaines, est arrivé à Khartoum pour "des soins médicaux", a annoncé ce mardi 22 août le gouvernement soudanais dans un communiqué.

Riek Machar avait d’abord trouvé refuge en RDC après des affrontements meurtriers entre ses partisans et ceux du président Salva Kiir début juillet à Djouba. À la suite de ces événements il a été remplacé par Taban Deng Gai, également ex-rebelle, au poste de vice-président.

« Le Soudan a accueilli Riek Machar pour des raisons humanitaires et des soins médicaux », a déclaré le porte-parole du gouvernement Ahmed Bilal dans le communiqué.

Sans préciser depuis quand Riek Machar se trouvait au Soudan, il a souligné que, dès son arrivée, il avait eu besoin de « soins médicaux immédiats ». « Il est à présent dans un état stable. Il restera dans le pays jusqu’à ce qu’il décide de partir ».

Au centre de toutes les attentions

Les relations entre Khartoum et Djouba se sont tendues alors que le Soudan est accusé de soutenir Riek Machar dans la guerre civile qui a fait depuis décembre 2013 des dizaines de milliers de morts et 2,5 millions de déplacés.

L’ambassadeur du Soudan du Sud à Khartoum, Mayan Dout, a déclaré à l’AFP que Djouba avait été informé par les autorités soudanaises de la présence de Riek Machar au Soudan. Une annonce qui survient au lendemain de la première visite officielle à Khartoum de Taban Deng Gai.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici