Tunisie : Selma Elloumi recadrée par BCE

Par Jeune Afrique

La femme d'affaires Selma Elloumi Rekik. © DR

Selma Elloumi, députée de Nabeul, souhaitait abandonner son mandat parlementaire pour devenir conseillère du président tunisien Béji Caïd Essebsi. Qui n'a pas apprécié.

Membre fondateur et trésorière de Nidaa Tounes, Selma Elloumi Rekik (57 ans) a été sévèrement recadrée par le président, Béji Caïd Essebsi. Cette femme d’affaires élue députée de Nabeul lors des législatives du 26 octobre souhaitait abandonner son mandat parlementaire pour intégrer le staff du chef de l’État en qualité de conseillère.

"C’est impossible, la politique n’est pas un jeu, pas question de créer un précédent", lui aurait rétorqué BCE, précisant que les élus savaient à quoi s’en tenir en se portant candidat. Ulcérés par ce qu’ils vivent comme une "marginalisation", certains députés ont les nerfs à vif. Khemaïs Ksila et Moncef Sellami ont par exemple failli en venir aux mains au cours d’une réunion du groupe parlementaire de Nidaa Tounes, le 5 janvier.

>> Lire aussi le portrait de Mohsen Marzouk, l’éminence grise de BCE