Sahara occidental : le Front Polisario dénonce une incursion militaire marocaine, l’ONU enquête

Par Jeune Afrique avec AFP

La route vers Erfoud dans le Sud du Maroc en juin 2013. © Giovanna Dell’Orto/AP/SIPA

La mission de l'ONU au Sahara occidental (Minurso) n'a pas constaté de mouvements militaires suspects du Maroc au sud-ouest du Sahara occidental, a indiqué jeudi l'ONU en réponse à une protestation du Front Polisario.

Le Polisario avait dénoncé auprès de l’ONU une opération des forces de sécurité marocaines près de la Mauritanie, dans le territoire disputé du Sahara occidental, selon une lettre consultée, mercredi 17 août, par l’AFP.

Selon Rabat, il s’agissait en fait d’une opération de lutte contre la contrebande menée depuis dimanche 14 août par la douane et les services de sécurité marocains dans la région de Gargarate sur les frontières entre le Maroc et la Mauritanie.

Enquête onusienne

La Minurso « a déployé les 16 et 17 août des moyens terrestres et aériens pour enquêter sur des accusations de violation dans la partie sud-ouest du Sahara occidental près de la Mauritanie », a indiqué le porte-parole adjoint de l’ONU Farhan Haq.

La Mission « n’a pas détecté de présence militaire ou d’équipements militaires » mais seulement des « véhicules civils passant par le mur » de défense.

Il s’agit d’une barrière de sable bâtie sur près de 2 500 kilomètres par Rabat dans le Sahara pour lutter contre le Polisario.

La Minurso a fait part des « résultats préliminaires de son enquête » au Polisario et va continuer à essayer « d’établir les faits », a ajouté le porte-parole.

Opération de lutte contre la contrebande

Les autorités marocaines affirment notamment avoir évacué « trois points de rassemblement de carrosseries de voitures et de camions d’occasion » et saisi 600 voitures.

Dans sa missive adressée aux Nations unies, le secrétaire général du Polisario, Brahim Ghali, récusait les explications marocaines et affirmait que le Maroc avait mobilisé des unités militaires.

Il dénonçait une « escalade systématique » du Maroc au Sahara occidental, un territoire que se disputent Rabat et le Front Polisario depuis 40 ans.

La région de Gargarate (sud-ouest du Sahara occidental) est traditionnellement le théâtre de nombreux trafics vers l’ouest africain, notamment de voitures volées.

La Minurso est notamment chargée de surveiller un cessez-le-feu entre le Polisario et le Maroc.

Les Nations unies ont indiqué, début août, préparer une « proposition formelle » pour relancer les négociations sur le Sahara occidental, dans l’impasse actuellement.