L’argent des Africains : Euloge, guide touristique au Bénin – 305 euros par mois

Euloge a fondé une agence de tourisme au Bénin en 2014. © DR

Euloge est un jeune guide touristique de 31 ans. Entre deux visites, il accepte de nous ouvrir son portefeuille. Portrait.

Passionné par son métier, Euloge est sans cesse sur les routes du Bénin pour faire découvrir les richesses de son pays à des touristes. Bien qu’il soit cotonois, Euloge ne passe que peu de temps dans sa ville d’origine. Sa priorité au quotidien ? Développer son agence de tourisme fondée en 2014.

En 2009, fraîchement diplômé du Centre d’études touristiques de l’Agence africaine de Tourisme à Cotonou, Euloge commence à appliquer sur le terrain « les enseignements trop théoriques » qu’il y a reçus. Pendant trois ans, il parcourt le Bénin, de la savane du parc de la Pendjari au couvent vaudou de Ouidah dans le but de tisser un réseau de guides à travers le pays avant de créer son agence. Quelque peu ascétique, Euloge place une grande partie de ses revenus dans l’investissement de sa jeune agence de tourisme : « Nature, culture et découverte ».

L’investissement dans son entreprise : 137 euros

Depuis qu’Euloge s’est lancé dans son projet, en 2011, ses revenus sont passés de 100 000 F CFA (152 euros) à 200 000 FCFA (305 euros) en 2016. S’ils ont augmenté de la sorte, c’est grâce au développement de son agence.

Euloge réserve généralement 137 euros de ses revenus à l’investissement. Grâce à cet argent, il a pu acheter des casques de moto pour ses clients ou encore construire un petit studio à destination des touristes dans le quartier Akpakpa de Cotonou. La prochaine étape sera la construction d’une « éco-lodge » traditionnelle sur le bord de la rivière noire à Adjarra, non loin de Porto-Novo.

Entretien de sa voiture : 15 euros

Il y a un mois, Euloge s’est acheté une voiture pour ses besoins professionnels (15 euros par mois), mais aussi pour la louer à des vacanciers de passage.

Autant de services qui lui ont permis d’instaurer des relations avec des structures institutionnelles et de développement qui font régulièrement appel à ses services touristiques. C’est le cas notamment du centre Culturel français de Cotonou.

Depuis cette année, Euloge forme également trois jeunes guides, avec l’espoir de leur transmettre son goût et sa passion pour l’histoire et la culture béninoise.

« J’attends beaucoup des annonces faites par notre nouveau président, Patrice Talon, concernant l’ouverture d’une agence nationale pour la promotion de la culture et du tourisme, notre pays a tant de beautés insoupçonnées ou pas assez mises en valeurs ! », affirme Euloge, optimiste. Et pour cause, les projets s’enchaînent pour le jeune guide.

Euloge dans le parc de la Pendjari au nord Bénin

Aide à sa famille : 61 euros

Lorsqu’il n’est pas en train de sillonner le Bénin de long en large lors de la haute saison touristique entre avril et septembre, Euloge réside dans la maison familiale située dans le quartier d’Akpakpa à Cotonou. Entouré de huit membres de sa famille, Euloge accorde un budget conséquent à sa cellule familiale. « Et parfois les temps sont durs, tout est chamboulé », nous confie-t-il, suite à un sérieux problème de santé de son beau-frère survenu il y a quelques mois. Euloge a ainsi participé largement aux frais d’hospitalisation de son beau-frère à Lomé, faute de matériel adéquat à Cotonou.

Football et loisirs : 15 euros

Quand les voyages touristiques ne s’enchaînent pas trop vite, Euloge prend le temps de jouer au football au sein du club où il a passé 10 ans en centre de formation, ou de se détendre sur la plage de Fidjrossé à Cotonou. Il avoue cependant mettre à profit son temps libre « pour créer de nouveaux circuits touristiques ou encore nouer des contacts ». Quand on aime, on ne compte pas.


Si vous souhaitez participer à notre série, écrivez-nous sur argentdesafricains@jeuneafrique.com

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici