JO 2016 : le manager de l’équipe d’athlétisme du Kenya suspendu provisoirement pour dopage

Par Jeune Afrique avec AFP

Le manager de l'équipe kényane Michael Rotich au tribunal de Milimani à Nairobi pour répondre d'allégations de dopage. août 2016 © Stringer/AP/SIPA

Michael Rotich a été suspendu provisoirement par la commission d'éthique de la Fédération internationale d'athlétisme. Soupçonné de corruption en lien avec du dopage, il avait été renvoyé de Rio le week-end dernier.

« Major Rotich est provisoirement suspendu de toutes ses fonctions ou positions au sein de la Fédération kényane ou internationale d’athlétisme qu’il détient actuellement, et n’a pas le droit d’en assumer de nouvelles pour une période de 180 jours à compter du 12 août 2016, le temps que l’enquête se poursuive au sujet de questions d’importance qui seront remontées jusqu’à la commission d’éthique », a écrit la Fédération internationale d’athlétisme dans un communiqué.

Le manager de l’équipe d’athlétisme kényane est accusé d’avoir réclamé un pot-de-vin de près de 12 000 euros afin de donner des informations avant des tests antidopage. Il a été piégé par des journalistes qui se faisaient passer pour des agents d’athlètes.

L’athlétisme kényan plombé par les affaires

L’enquête, menée par le journal britannique et la télévision allemande ARD, a constitué un nouveau coup dur pour l’athlétisme kényan, affaibli depuis des mois par de nombreuses accusations de dopage.

Cette suspension de six mois est habituelle dans le cadre d’une enquête menée par cette commission, indépendante de la Fédération internationale d’athlétisme.

L’athlétisme kényan débute avec difficulté ces JO 2016, puisque jeudi, un des ses entraîneurs, accusé de manquement aux règles antidopage pour s’être fait passer pour un athlète lors d’un contrôle, a également été exclu.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici