Boko Haram : contesté, Abubakar Shekau répond de nouveau à l’État islamique

Par Jeune Afrique avec AFP

Membres du groupe Boko Haram. © AP/SIPA

Le leader de Boko Haram, Abubakar Shekau, a promis d'intensifier son combat jihadiste dans une vidéo diffusée dans la soirée de dimanche, balayant les divisions internes du groupe islamiste nigérian révélées la semaine dernière.

« Moi, Abubakar Ash-Shakawy (Shekau), leader de Jama’atu Ahlissunnah Lidda’awati Wal Jihad [nom de Boko Haram depuis son allégeance à l’État islamique en mars 2015, NDLR], fais du combat contre le Nigeria et contre le monde entier une responsabilité personnelle », affirme-t-il dans une vidéo diffusée initialement sur YouTube puis effacée, dans laquelle il apparaît en bonne santé et encadré de deux combattants islamistes en armes.

« Je n’ai aucun désir de tuer nos frères musulmans », lance-t-il dans cet enregistrement de 24 minutes, coupant court aux critiques répétées de certains membres de l’EI. Shekau est en effet contesté et perçu comme un leader trop radical et extrémiste, responsable de la mort de dizaines de milliers de personnes depuis 2009, des musulmans dans leur immense majorité.

Shekau conteste la décision de l’EI 

Cette vidéo est une nouvelle réponse à un entretien d’Abou Mosab al Barnaoui dans Al Nabaa, hebdomadaire officiel de l’EI, où l’homme était présenté mardi comme le nouveau wali (chef) du califat de l’Afrique de l’Ouest. Un discours vraisemblablement tourné dans la forêt de Sambisa, fief du groupe dans le nord-est du Nigeria, selon les experts.

Dès jeudi, Abubakar Shekau avait diffusé un enregistrement audio pour réaffirmer qu’il était « toujours présent » et n’accepterait « plus aucun émissaire » de l’EI. Portant une mitrailleuse, paraissant plus posé et énergique que dans ses apparitions précédentes, Shekau réaffirme qu’il n’est ni mort, ni en incapacité de se battre, comme il l’avait laissé entendre dans une vidéo diffusée en mars où il affirmait : « pour moi, la fin est venue ».

Perte de vitesse de Boko Haram 

À la fin de la vidéo, où il s’exprime en arabe et en haoussa et utilise tous les éléments de propagande de l’EI, Shekau tire des rafales en l’air. Abubakar Shekau a pris la tête de Boko Haram après l’exécution de son leader historique Mohammed Yusuf par les forces de l’ordre en 2009, qui avait marqué le début d’une vague de violences ayant fait quelque 20 000 morts et 2,6 millions de déplacés dans toute la région du lac Tchad.

En perte d’influence, le groupe a subi de nombreux revers militaires depuis l’arrivée au pouvoir du président nigérian Muhammadu Buhari en mai 2015. Depuis deux ans, sa force de frappe est beaucoup moins importante.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici