Égypte : les autorités annoncent avoir tué le chef de la branche locale de l’EI dans le Sinaï

Par Jeune Afrique avec AFP

Des chars de l'armée égyptienne sur la route à El-Arish, le 13 août 2011 dans le Sinaï. © AFP

L'armée égyptienne a annoncé jeudi avoir tué le chef de la branche locale du groupe jihadiste État islamique (EI) dans la péninsule du Sinaï à l'est du pays et qui mène depuis plus de trois ans des attaques visant essentiellement les forces de sécurité.

Dans un communiqué sur sa page Facebook, l’armée a affirmé, sans toutefois précisé le jour, avoir « tué le chef du groupe Ansar Beït al-Maqdess, Abou Douaa al-Ansari, et nombre de ses adjoints les plus importants » dans des frappes dans le Nord-Sinaï.

Responsable de nombreux attentats dans le Sinaï, le groupe jihadiste Ansar Beït al-Maqdess, auparavant lié à Al-Qaïda, avait prêté allégeance à l’État islamique en novembre 2014.

L’armée annonce également dans son communiqué que « plus de 45 terroristes du groupe ont été tués et des dizaines d’autres blessés » dans ces « frappes précises contre les repaires du groupe l’EI (…) au sud et sud-ouest de la ville d’Al-Arich », chef-lieu de la province du Nord-Sinaï.

Destruction de dépôts d’armes, de munitions et d’explosifs

Cette opération a été menée sur la base de « renseignements précis des forces armées » par « les forces de la lutte antiterroriste en coopération avec l’armée de l’air », ajoute le communiqué.

Une source militaire a indiqué à l’AFP que Abou Douaa al-Ansari « est le numéro un » du groupe.

Selon le communiqué de l’armée, les frappes ont également « détruit des dépôts d’armes, de munitions et d’explosifs » des jihadistes.

L’armée a, à plusieurs reprises, déclaré avoir tué des dirigeants du groupe. Mais il n’est pas possible de vérifier ces informations auprès de sources indépendantes.