Dakar : la Banque islamique de développement valide 300 millions d’euros pour le TER

Assemblés à l'usine de Cital, à Annaba, les modèles d'Alstom dominent le marché algérien des tramways. C'est également Alstom qui a remporté le matériel roulant du TER dakarois. © OMAR SEFOUANE POUR J.A.

La participation de la Banque islamique de développement (BID) au financement Train express régional qui reliera Dakar à son futur nouvel aéroport international était connue depuis le 11 mai. Elle a été confirmée, fin juillet, par le conseil d'administration de l'institution financière.

La Banque islamique de développement (BID) a apposé son sceau sur sa part de financement du Train express régional (TER) qui reliera Dakar à l’Aéroport international Blaise-Diagne de Diass (AIBD). Son conseil d’administration, réuni le 31 juillet dernier dans son siège social de Djeddah, en Arabie Saoudite, a approuvé le montant de 300 millions d’euros (environ 196 milliards de F CFA), indique un communiqué de presse de l’institution financière. C’est un peu plus que les 181 milliards de F CFA évoqués à la sortie d’une réunion des différents partenaires financiers du projet, à Dakar le 11 mai.

Lors de ce tour de table, il avait été arrêté que la Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement du Sénégal investiraient chacun 100 milliards de F CFA tandis que la quotité de l’Agence française de développement (AFD) s’élèverait à 70 milliards pour F CFA. La BID, estime-t-elle dans sa communication, soutiendrait donc l’ensemble du projet de TER à 42% du coût total, estimé à 718 millions d’euros.

Début des travaux au 3e trimestre 2016

En mai, le montant global avait été arrêté à 451 milliards de F CFA (687 millions d’euros). Alors que le 20 juillet dernier, le chef du gouvernement sénégalais Mahammed Boun Abdallah Dionne a, quant à lui, évoqué une enveloppe globale de 415 milliards de FCFA. Selon Engie et Thalès, adjudicataire de l’appel d’offres pour la conception et la réalisation des infrastructures électriques et du système de communication du TER, les travaux démarreront au 3e trimestre 2016 et la mise en service est prévue fin 2018.

Cette communication de la BID intervient alors que l’État du Sénégal et des représentants de l’institution financière procèdent à Dakar à la revue annuelle conjointe de leur programme de coopération — le Sénégal étant un des membre fondateurs de la banque qui regroupe 57 États du monde musulman.

Ainsi, le cumul des approbations de la BID pour le compte du Sénégal s’élève, selon le communiqué de l’institution, à 200 milliards de dollars.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici