#MenInHijab : en Iran, des hommes portent le hijab pour protester contre le voile obligatoire

Un Iranien répond à l'invitation de la journaliste Masih Alinejad en portant le voile, accompagné d'une femme à la tête nue. © Facebook / My Stealthy Freedom

Depuis quelques jours, on peut voir sur Facebook des clichés d’hommes à la tête couverte d’un voile, en signe de protestation contre le port obligatoire du hijab. À l’origine du mouvement, la journaliste iranienne Masih Alinejad, qui a appelé ses compatriotes masculins à partager leurs photos sous le hashtag “#MeninHijab .

Une campagne née de la colère d’une militante

Masih Alinejad n’en n’est pas à son premier coup sur les réseaux sociaux. En 2014, la journaliste iranienne, exilée aujourd’hui à New York, créait le site « My Stealthy Freedom », [ma liberté furtive], qui appelait les Iraniennes à s’afficher sans leur voile, l’espace d’une photo.

Depuis le 22 juillet, l’idée lancée par la militante sur sa page Facebook est d’inviter les hommes à se couvrir la tête du voile d’une femme de leur entourage, qui apparaissent parfois elles-mêmes, tête dénudée, sur les photos.

Plusieurs Iraniens ont répondu à son appel et affichent leur autoportrait sur la page de Masih Alinejad, qui compte déjà plus d’un million d’abonnées sur Facebook.

Repérée à l’international par le quotidien britannique The Independent, la campagne de Masih Alinejab est née de l’indignation de la journaliste suite à la déclaration du chef de la diplomatie iranienne, Mohammed Javad Zarif, qui a affirmé à une sénatrice française que les touristes s’accommodaient parfaitement du voile obligatoire lorsqu’elles visitaient l’Iran.

Regardez cette photo de vous en Hijab. Comment la ressentez-vous ? Cette photo est-elle comique, bizarre, ou bien la ressentez-vous comme une insulte personnelle ? C’est exactement ainsi que les femmes ne croyant pas au hijab obligatoire le ressentent.

Le 21 juillet, Masih Alinejab a répondu au ministre en publiant un montage de ce dernier coiffé d’un hijab. Le lendemain, la militante publie une traduction française de la description accompagnant le post. Elle y interpelle le ministre : « Regardez cette photo de vous en Hijab. Comment la ressentez-vous ? Cette photo est-elle comique, bizarre, ou bien la ressentez-vous comme une insulte personnelle ? C’est exactement ainsi que les femmes ne croyant pas au hijab obligatoire le ressentent. »


Et d’ajouter : « M. Zarif, vous, ainsi que de nombreux autres hommes, avez pris l’habitude de voir tous les jours les femmes porter le hijab obligatoire et vous pensez que c’est normal, mais pour des millions d’Iraniennes cette obligation est une insulte à leur dignité. »

Liberté de choisir

Dans cette publication, la militante précise toutefois : « Nous ne sommes pas contre le hijab mais nous voulons le choix. Nous voulons pouvoir choisir de porter le hijab ou non et c’est vous ainsi que les autres politiciens de la république islamique qui nous déniez ce droit. »

Le combat de la journaliste et des dizaines d’hommes qui la soutiennent est donc avant tout celui de la liberté de choisir. Les Iraniens ayant osé répondre à son invitations accompagnent leurs portraits de témoignages:

Sur la photo ci-dessus, deux hommes posent en hijab et commentent : « Nous sommes père et fils. Mon cœur souffre des injustices imposées à ma femme, ma mère et mes sœurs. J’espère un jour nous voir tous vivre en harmonie quels que soient nos choix de vie ».

Si nous avions eu les réseaux sociaux [en 1979], nous aurions pu rappeler sa promesse à la république islamique. Qui sait, peut-être n’aurions même nous pas de hijab obligatoire…

Sur cet autre cliché, deux hommes posent avec les femmes auxquelles ils ont emprunté les hijab, brandissant la couverture d’un journal écrit en farsi. On peut lire dans la description :  « La copie du journal date de 1979, lorsque les dirigeants de la république islamique déclaraient qu’il n’y aurait pas de hijab obligatoire. Pour les Iraniens, la une de ce journal est devenue une amère plaisanterie. Si nous avions eu alors les réseaux sociaux, nous aurions pu rappeler sa promesse à la république islamique. Qui sait, peut-être n’aurions même nous pas de hijab obligatoire »…

Un autre Iranien, posant aux côtés de sa nièce sur Facebook, témoigne à son tour : « Lorsque je porte le hijab, même pour un court moment, j’ai l’impression de ne plus être moi-même, c’est la pire sensation au monde et c’est absolument inacceptable pour toute personne libre. (…) Mon message, en tant qu’humain libre, est que chacun, en tant qu’être intelligent, doit avoir le choix et décider par soi-même comment s’habiller. La contrainte n’est acceptable pour personne et j’espère qu’un jour ce sera la réalité dans mon antique patrie. »