Airtel durement affecté par la chute du naira au Nigeria

Par Jeune Afrique

Vue d'une campagne d'affiches d'Airtel à Nairobi. © Sayyid Azim/AP/SIPA

Le groupe télécoms indien a vu son bénéfice au deuxième trimestre 2016 reculer de -30,8 % sur un an, en raison notamment du recul de la devise nigériane, qui cédé -42 % durant cette période.

Entre avril et juin, le groupe télécoms Bharti Airtel, présent dans une quinzaine de pays africains, a enregistré un chiffre d’affaires de 3,824 milliards d’euros en progression de +2,55 % par rapport au premier trimestre 2015. À la fin juin, le groupe, numéro 1 en Inde, comptait 357,85 millions de clients à travers le monde, en progression de +1,17 % par rapport à la fin mars 2016 et de +7,8 % sur un an.

Dépréciation du naira

Malgré cette progression plutôt satisfaisante des ventes et du parc d’abonnés, la rentabilité du groupe a lourdement reculé durant le deuxième trimestre de cette année. Le bénéfice net trimestriel d’Airtel a atteint 219 millions de dollars entre avril et juin 2016, en recul de -30,8 % par rapport à la même période l’an dernier.

Une contre-performance attribuée en grande partie à la dépréciation du naira nigérian, qui a cédé -42 % vis-à-vis du dollar durant cette période, entraînant une perte de change de 7,48 milliards de roupies indiennes (environ 110 millions de dollars).

Le groupe indien compte environ 81,84 millions d’abonnés au Nigeria, pour 21 % de part de marché, derrière le leader MTN (58,34 millions d’abonnés et 39 % de part de marché).

Sur le continent, Airtel, qui a cédé au français Orange ses filiales au Burkina Faso et en Sierra Leone, comptait 77 millions de clients à la fin juin, contre 78,3 millions de clients un an plus tôt [les négociations pour la cession des filiales d’Airtel au Congo-Brazzaville et au Tchad n’ont pas abouti].

Toutefois, insiste l’opérateur indien, si l’on tient compte des cessions des ses actifs sur le continent, sa base de clientèle africaine a augmenté de +3,1 millions d’abonnés. Son chiffre d’affaires en Afrique a atteint 935 millions de dollars au deuxième trimestre 2016, en hausse de +2 % sur un an.

Progrès sur le secteur de la data

L’opérateur télécoms peut mettre à son actif une nette progression de son parc d’abonnés au service de données mobiles (data) en Afrique : +26 % sur un an à 16,425 millions de comptes. Ces services représentent 31,3 % des revenus mobiles du groupe en Afrique au deuxième trimestre 2016, contre 27,2 % un an plus tôt.

La base d’utilisateurs de son service de paiement mobile Airtel Money a augmenté à 8,6 millions d’abonnés en Afrique à la fin juin 2016, contre 7 millions d’abonnés un an plus tôt. Environ 5,07 milliards de dollars ont été transférés via ce service au deuxième trimestre, en hausse de +62 % sur un an.