Côte d’Ivoire : reprise des cours à l’université d’Abidjan après de violentes manifestations

Par Jeune Afrique avec AFP

Sur le campus universitaire Félix-Houphouët-Boigny d'Abidjan, en Côte d'Ivoire, en mars 2016. © Jacques Torregano pour JA

Les cours ont repris à l'université Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan et la grève a été suspendue afin d'ouvrir des négociations avec le gouvernement ivoirien, après de violentes manifestations qui ont paralysé récemment l'institution, a-t-on appris jeudi 28 juillet.

« Nous appelons à la suspension de notre mot d’ordre de grève pour deux semaines et à la reprise des cours », a déclaré le responsable de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci), Assi Fulgence. Cette trêve vise « à laisser une place aux discussions avec le gouvernement », a-t-il ajouté.

Le 18 juillet dernier, de violents affrontements ont éclaté entre policiers et étudiants sur le campus d’Abidjan, faisant plusieurs blessés et une soixantaine d’arrestations. Tous les étudiants arrêtés ont depuis été libérés.

Escalade des tensions 

Ces derniers manifestaient pour des revendications académiques et contre une décision d’évacuer les résidences universitaires, dont la rénovation aurait permis d’accueillir les athlètes des Jeux de la Francophonie en 2017. Le gouvernement a renoncé à ce projet.

Depuis plusieurs semaines, le climat était tendu à l’université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, la plus importante institution académique du pays. En cause, l’arrestation de Assi Fulgence ou encore l’évacuation de résidences universitaires.

Les manifestations, fréquentes, y dégénèrent régulièrement en violences entre étudiants et forces de l’ordre. Le 17 juin, un étudiant avait ainsi trouvé la mort, renversé par une véhicule de police.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici