Total stabilise sa production au sud du Sahara

Par Jeune Afrique

Vue du siège de Total à la Défense, en région parisienne. © Jacques Brinon/AP/SIPA

Durant les six premiers mois de l'année, la production d'hydrocarbures du groupe français en Afrique subsaharienne est restée stable, autour de 632 000 barils équivalents pétrole. Elle est toutefois en net recul (-6 %) au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Total a publié ce jeudi 28 juillet ses résultats au premier semestre 2016. Sa production d’hydrocarbures a atteint 2,452 millions de barils équivalent pétrole par jour (bep/j), soit une hausse de +4 %, ses ventes de produits raffinés ont représentés 4,18 millions de barils de brut par jour (+ 5%).

Le géant pétrolier français a enregistré un chiffre d’affaires de 70 milliards de dollars, en recul de -20 % sur un an. Son résultat net part du groupe est en baisse de -34 % à 3,69 milliards d’euros.

Avancées positives

Malgré ces résultats négatifs, le groupe dirigé par Patrick Pouyanné peut mettre en avant plusieurs points positifs.

Le groupe français est arrivé à stabiliser sa production au sud du Sahara, malgré le vieillissement de certains de ses sites de production, notamment en Afrique centrale. Au deuxième trimestre, la production d’hydrocarbures de Total en Afrique subsaharienne a atteint 634 000 bep/j contre 630 000 durant les trois précédents mois et 622 000 un an plus tôt.

Le groupe français s’est également renforcé dans le marketing et la distribution de produits raffinés dans la région, en reprenant une centaine de stations-service et deux terminaux logistiques détenus par Gulf Africa Petroleum Corporation (GAPCO) au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie.

Par contraste, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, elle est en recul à 505 000 bep/j au deuxième trimestre, contre 531 000 bep/j au premier trimestre 2016 et 518 000 au deuxième trimestre 2015. Une contre-performance, à rebours de la très nette progression enregistrée par Total en Europe et en Asie centrale (779 000 bep/j au premier semestre, + 20 % sur un an).

Redressement des prix

Le groupe français peut également pointer le redressement des prix à 45,6 dollars le baril de brent au deuxième trimestre 2016, contre 33,9 dollars durant le trimestre précédent et 43,8 dollars le baril durant le dernier trimestre 2015.

Les ventes de Total ont atteint 37,215 milliards de dollars au deuxième trimestre 2016, contre 32,84 milliards de dollars au premier trimestre. Son bénéfice net part du groupe a atteint 2,09 milliards de dollars entre avril et juin, en progression de +482 millions de dollars par rapport au premier trimestre.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici