Fermer

RD Congo : le facilitateur Edem Kodjo récusé par le « Rassemblement » de l’opposition

Par Jeune Afrique

Edem Kodjo, facilitateur du dialogue politique en RD Congo. © Camille Millerand/J.A.

Le "Rassemblement" de l'opposition a récusé dimanche le facilitateur de l'Union africaine, Edem Kodjo, dans un communiqué signé Étienne Tshisekedi.

Le « Rassemblement » de l’opposition a récusé le facilitateur de l’Union africaine, Edem Kodjo, qui venait pourtant d’annoncer le début des travaux du comité préparatoire du dialogue, pour le 30 juillet. Cette récusation a été l’objet d’un communiqué signé du président de l’UDPS Étienne Tshisekedi. Celui-ci « déplore la précipitation avec laquelle Edem Kodjo a lancé, unilatéralement, la préparation pour les travaux préparatoires du dialogue ».

Il parle d’une « machination » et d’un « mépris total à l’égard du peuple congolais ». Le « Rassemblement » dénonce également une promesse non-tenue, celle de « la libération inconditionnelle de tous les prisonniers politiques et d’opinion ».

Une « diversion »

Dans son communiqué, publié le samedi, Edem Kodjo, faisait le bilan de la deuxième réunion de dialogue. Il a notamment appelé les politiques congolais à travailler avec lui de « façon constructive ». Aubine Minaku, secrétaire général de la majorité présidentielle, cité par RFI, « renouvelle » son « soutien » à Edem Kodjo et parle d’une « diversion » du « Rassemblement ».

La tenue d’élections

Dans son communiqué, l’opposition demande à l’Union africaine de tirer « toutes les conséquences qui découlent de cette situation afin de sauver le processus de mise en oeuvre de la résolution 2277 du Conseil de sécurité » de l’ONU. Adoptée le 30 mars 2016, cette résolution proroge jusqu’au 31 mars 2017 le mandat de la Mission de l’ONU pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) et insiste sur la tenue des élections et du dialogue politique.

La défiance envers Edem Kodjo existe depuis sa nomination, d’aucuns le jugeant trop proche de Joseph Kabila et de la majorité présidentielle.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici